Les entreprises publiques se font tirer l'oreille pour investir

la poste a plus de 900 chantiers dans ses cartons.
La Poste a plus de 900 chantiers dans ses cartons. © Ministère de la Relance

 Le principe : l'Etat a demandé aux entreprises publiques de jouer le jeu de l'investissement en leur demandant de mettre 4,1 milliards d'euros sur la table

 Ce qui marche : la SNCF a déjà investi 150 M€ supplémentaires sur les 300 promis dans le matériel roulant, les gares, les économies d'énergie et les systèmes d'information. C'est la meilleure élève des entreprises publiques. Viennent ensuite, EDF et La RATP, qui ont payé à leurs prestataires environ un tiers des investissements (soit, respectivement, 865 et 148 M€). Pour EDF, il s'agit de travaux dans des centrales nucléaires ou des parcs éoliens. Pour la RATP, ce sont des renouvellements de bus et des commandes de rames.

 Ce qui ne marche pas : GDF Suez et La Poste ont réglé moins de 10% de leur enveloppe : 16 M€ pour le gazier et 53 M€ pour le postier.