Un mini-Etat rien qu'à soi

une vue de l'île de serq.
Une vue de l'île de Serq. © Nigel Burkitt/Michael Nivelet/Fotolia/Photomontage: L'Internaute Magazine
S'acheter une île n'est rien. Deux magnats de la presse britannique, David et Frederick Barclay, ont fait beaucoup mieux. En 1993, ces deux jumeaux mettent la main sur la petite île anglo-normande de Brecqhou pour 3 millions d'euros. Mais leurs velléités économiques et touristiques se heurtent vite au régime féodal de Serq, l'île voisine, dont dépend leur fief. Dès lors, ils échafaudent un véritable coup d'Etat. Après la construction d'un château, évalué à 60 millions d'euros, les Barclay créent leurs propres timbres, déploient leur drapeau, "investissent" 4,6 millions d'euros par an à Serq et mènent une guerre juridique pour y imposer un régime "moderne". Les frères auront tant remué l'île que les habitants les sanctionneront lors des premières élections démocratiques en 2008. Un affront immédiatement puni par la fermeture de tous leurs établissements sur Serq, mettant le quart de la population au chômage...