Luc Vigneron chez Thales

luc vigneron.
Luc Vigneron. © Bernard Collet / Makassar

Thales, spécialisée dans les systèmes d'information, n'est pas une entreprise à capitaux majoritairement publics. Mais l'Etat en est le principal actionnaire, devant le groupe Dassault, et c'est lui qui a imposé Luc vigneron à la tête de l'entreprise en mai 2009.

Ses réussites : Luc Vigneron n'a pas su enrayer les pertes de Thales, qui a perdu de l'argent pour la seconde année consécutive en 2010. Pourtant, la bourse ne lui en a pas tenu rigueur, rassurée par des prévisions de marges en nette hausse pour 2011 et des commandes qui se maintiennent. Pour réaliser des économies, le PDG a mis en place une vaste réorganisation internationale qui permet de ne plus rétribuer toute une série d'intermédiaires.

Ses échecs : Deux ans après sa nomination, Luc Vigneron est toujours fortement contesté, en interne comme en externe, et notamment selon la presse par l'Etat, qui regretterait aujourd'hui son choix. Critiqué pour un management solitaire, Luc Vigneron dirige l'entreprise dans des conditions exécrables, forcés de se justifier et de se défendre auprès de ses salariés comme des analystes et journalistes.