Le grand patron français ? Un Parisien de 56 ans, marié, père de famille et... scorpion

Portrait-robot des grands patrons Qui sont les dirigeants des entreprises cotées du SBF 120 ? Réponse en une infographie.

 

 

La diversité n'est pas la première caractéristique des patrons du SBF 120. On n'y trouve aucune femme et seuls 4% ont moins de 45 ans.

Leur charge de travail ne les empêche pas d'avoir des enfants : sur 87 patrons pour lesquels nous avons obtenu l'information, 86 ont au moins un enfant. 40% en ont trois, 25% en ont deux et 32% en ont même quatre ou plus. Le signe astrologique des patrons du SBF 120 le plus courant est le scorpion (avec une date de naissance comprise entre le 24 octobre et le 22 novembre), réputé "énergique, courageux et parfois agressif".

Sans surprise, on retrouve beaucoup des grandes écoles dans le parcours de 107 de ces patrons : 23% sont passés par HEC, 21% par l'école polytechnique, 17% par l'ENA et 16% ont été sur les bancs d'un IEP (Sciences Po). Un parcours royal qui a amené 43% de patrons (sur 104) à passer par le public (chef de cabinet ministériel, cadre dans une entreprise publique, chargé de mission...).

Patron, un poste précaire ? 12% des dirigeants n'ont accédé à leur poste que depuis moins de deux ans. C'est le cas par exemple de Stéphane Richard, chez France Télécom, ou de Baudouin Prot, qui a succédé à Michel Pébereau au poste de Président de BNP Paribas en décembre 2011. A l'inverse, 23% des patrons sont à leur poste actuel depuis plus de 10 ans. On peut citer notamment Bernard Arnault, PDG de LVMH depuis 1987, ou Maurice Lévy, à la tête de Publicis depuis 1988.

Enfin, la rémunération moyenne d'un dirigeant du SBF 120 est de 1,7 million d'euros par an.

 

Grands patrons / Hommes les plus riches