Les fusions-acquisitions des midcaps

en panne de grosses opérations de fusions-acquisitions, les banques d'affaires
En panne de grosses opérations de fusions-acquisitions, les banques d'affaires se tournent vers les midcaps, un domaine jusqu'ici chasse gardée des fonds d'investissement. © mark huls - Fotolia.com

Selon une étude de Netjets, 53% des décideurs européens anticipent une augmentation globale de l'activité fusions-acquisitions en 2012. "Les entreprises en difficulté devront se rassembler pour survivre", témoigne un décideur dans cette étude. Mais la tendance n'est plus aux grosses OPA : leur volume a même chuté de 27% au 3e trimestre 2011 par rapport au trimestre précédent, selon les chiffres de Thomson Reuters.

Les grandes banques d'affaires vont se tourner vers les opérations "midcaps" (moins de 500 millions d'euros). D'abord, ces dernières peuvent ainsi maintenir leur volume d'activité. Etre bien implanté sur ce marché leur permet ensuite de repérer des futures pépites pour leurs investissements et de récupérer des futurs clients. Enfin, les transactions "midcaps" sont proportionnellement mieux rémunérées que les grandes opérations, dont les commissions subissent une forte pression à la baisse.