Il privilégie le compromis

le consensus plutôt que la division : le fameux 'esprit de synthèse'.
Le consensus plutôt que la division : le fameux "esprit de synthèse". © Photomontage JDN - Benoit Deshayes / artenot - Fotolia.com

Rassembleur dans les mots, François Hollande veut également l'être sur un plan opérationnel. Le consensus est à la base de son mode de réflexion professionnel, ce fameux "esprit de synthèse" qu'on a souvent raillé chez lui. Au quotidien, il aime démultiplier les sources d'information et les talents : ainsi, il donne le même travail à faire à plusieurs personnes, reçoit les résultats, retient le meilleur et l'améliore avec les bons points des autres.

Lorsqu'il était à la tête du PS, François Hollande a toujours défendu une synthèse peu évidente sur le papier entre la première gauche, teintée de marxisme, et la deuxième gauche, d'inspiration rocardienne. Le consensus devient ainsi, dans le management de Hollande, symbole d'unité, de cohésion, même contre vents et marées.