Des missions plus courtes

La proportion de missions courtes et "commuters" (missions dans un pays proche, permettant à l'expatrié  de rentrer fréquemment chez lui sans avoir à déménager) tend à augmenter. Ces missions de 12 mois maximum, représentent aujourd'hui 37 % de l'ensemble des missions d'expatriation, contre moins d'un tiers il y a 10 ans. Elles constituent une alternative aux missions de longue durée et sont adaptées à la gestion de projets ponctuels. C'est également une réponse aux freins à la mobilité.