Le développement d'addictions

Enfin, des comportements addictifs peuvent se développer chez les personnes présentant d'importants risques de burnout. "Il peut s'agir de produits permettant de tenir bon face à la fatigue ou de décompresser", analyse Christophe Rey. Soit dans le premier cas, le café, les somnifères et les excitants en tout genre, et, dans le second cas, l'alcool, les drogues douces, les anxiolytiques ou les antidépresseurs.

Tout dépend ensuite de l'histoire et de l'environnement de la personne. Certains seront plus sujets à risques pour l'alcool car c'est une pratique assez répandue dans le métier. D'autres seront plus tentés par des solutions médicamenteuses car ils y ont déjà eu recours par le passé.