Partager cet article

RSS
BOURSE

 Tous nos articles

 
 TRIBUNE 
PAR FRANÇOIS LETELLIER
Le logiciel libre selon ObjectWeb : une logique d'écosystème
La stratégie du consortium repose sur un constat : le libre n'est pas un produit, mais un processus. Pour qu'il apporte un plus technologique, ce processus doit permettre l'implication progressive de nouveaux acteurs.  (15/10/2004)
 
Membre du comité exécutif, consortium ObjectWeb
 
   Le site
ObjectWeb

Dans le cadre d'une stratégie logiciel libre, les entreprises sont aujourd'hui à la recherche de prestataires identifiés et fiables. Livrées à elles-mêmes, elles se trouvent face à une communauté de développeurs à la culture parfois assez éloignée de celle des affaires, loin d'une relation client-fournisseur classique. Certes, le logiciel est utilisable sans coût de licence, mais auprès de qui exprimer ses besoins en termes fonctionnels et au-delà, où trouver l'accompagnement, les services et le support nécessaires ?

Comme d'autres oeuvres immatérielles, le logiciel possède la caractéristique de pouvoir être transmis à des tiers sans que ses auteurs en perdent l'usage. Il peut ainsi être placé au centre d'une logique économique de l'abondance, incarnée par le phénomène du libre. Dans cette logique contributive, une participation active au developpement génère une rétribution sous forme d'expertise, efficacité ou reconnaissance. Les acteurs qui ne souhaitent pas s'impliquer autant contribuent autrement à la dynamique économique d'ensemble, bien souvent par l'achat de produits ou de prestations complémentaires.

Les entreprises qui investissent pour développer ou promouvoir le logiciel libre ne le font pas par altruisme, mais parce que cette logique économique peut, lorsqu'elle est maîtrisée, servir les intérêts de tous les acteurs impliqués, ceux de leurs clients, de leurs partenaires et au final les leurs. En fait, une large part des logiciels libres à succès ont été supportés sur le plan technique et promotionnel par des sociétés commerciales : IBM revendique des centaines de développeurs travaillant exclusivement sur Linux, OpenOffice a été lancé par Sun et est encore activement soutenu par cette société; Wine a été notamment supporté par Corel et CodeWeavers; MySQL est l'oeuvre d'une start-up suédoise, etc.

Ecosystème et professionnalisme
Les membres d'ObjectWeb se sont fédérés en consortium pour favoriser, à travers cette logique, la création d'un écosystème d'affaires qui fasse du logiciel libre une option crédible en entreprise. Leur stratégie repose sur un constat : le libre n'est pas un produit, mais un processus. Pour qu'il apporte un plus technologique, ce processus doit permettre l'implication progressive de nouveaux acteurs -- sinon à quoi bon ouvrir le code ?

Mais pour réussir durablement, ce processus doit prendre aussi bien en compte les besoins des contributeurs que ceux des utilisateurs professionnels. ObjectWeb se focalise sur les logiciels d'infrastructure distribués. D'autres organisations telles que la fondation Eclipse suivent une logique similaire, en l'occurence dans le domaine des environnements de développement intégrés.

La dynamique d'affaires proposée par ObjectWeb est la suivante. Des contributeurs professionnels collaborent au développement de logiciel libre. Ils en tirent un bénéfice immédiat, selon leur typologie : transfert technologique pour les organismes de recherche, réduction des coûts de développement pour les grands comptes, visibilité pour les PME, qualité/prix défiant toute concurrence pour les utilisateurs finaux.

Des modèles économiques de seconde génération peuvent alors se développer : fourniture de services et d'accompagnement par des SSII, vente de solutions verticales basées sur des composants libres par des intégrateurs. Le développement de l'écosystème permet de dynamiser un tissu économique de fournisseurs de services de l'échelon local à l'échelon international.

Des logiciels libres adaptés à l'entreprise
La structure de consortium sert de régulateur. Elle garantit la qualité des développements et fournit un cadre neutre pour écouter et impliquer les utilisateurs selon des modalités compatibles avec les habitudes de l'entreprise.

Après quelques années d'existence, ObjectWeb fédère plus de 60 projets soutenus par 36 sociétés membres. Celles-ci totalisent des centaines de milliers d'employés de par le monde et proposent collectivement une offre de service d'une diversité et d'une qualité compatible avec les attentes des donneurs d'ordres les plus exigeants. L'exemple le plus médiatisé en est Red Hat, qui propose une offre "logiciel plus services" autour de la solution J2EE libre JOnAS, fruit de l'écosystème ObjectWeb.

Ainsi l'écosystème joue aujourd'hui son rôle. Mais demain ? En cas de défaillance d'un membre, les autres acteurs de l'écosystème peuvent reprendre la main et faire vivre le projet. Car le logiciel étant libre, n'importe qui peut l'essayer, l'utiliser, l'améliorer et le maintenir. Cette ouverture attire de nouveaux venus qui rejoignent le consortium et font grossir l'écosystème. Lorsqu'une masse critique d'acteurs est atteinte, elle confère aux logiciels libres développés un degré de pérénité qu'une société ne pourrait revendiquer seule. Les membres d'ObjectWeb, comme ceux d'Eclipse, l'ont compris.

Dans la vision d'ObjectWeb, le développement d'un écosystème d'affaires met en relation une vaste palette d'acteurs tout au long de la chaîne d'approvisionnement en logiciel libre. L'entreprise utilisatrice trouve au sein de cet écosystème un marché concurrentiel où elle a le choix entre un certain nombre d'offres à la fois complémentaires et différenciées.

Cette approche évite l'enfermement par un fournisseur unique et garantit durablement un niveau de service compatible avec les exigences professionnelles.

La notion d'"écosystème d'affaires" a été introduite par James F. Moore en 1993 dans la revue Harvard Business Review, et s'est depuis révélée particulièrement adaptée à l'industrie informatique.


François Letellier
François Letellier est affecté au comité exécutif du consortium ObjectWeb par l'Institut National de Recherche en Informatique et Automatique (INRIA).
 

Accueil | Haut de page

 

  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Auralog - Tellmemore | Publicis Modem | L'Internaute / Journal du Net / Copainsdavant | Isobar | MEDIASTAY

Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Toutes nos newsletters