20% des sociétés françaises envisagent un système d'information en SaaS

Adoption du SaaS par les DSI Les entreprises et administrations françaises sont 20% à envisager un système d'information majoritairement externalisé en mode cloud. Seules 5,5% ont déjà franchi le pas.

20% des directeurs informatiques français (incluant DSI, DOSI et directeurs de production) envisagent de basculer, à moyen terme, la majeure partie de leurs systèmes d'information vers des applications en mode SaaS (pour Software as a Service). Dévoilé dans notre dernière étude menée en partenariat avec le cabinet IT Research et le Club Décision DSI, cet indicateur illustre une tendance de fond en faveur du modèle cloud, à travers lequel les applications deviennent des services distants, externalisées et opérées par un fournisseur.

Historiquement, à la question de savoir quelles briques pourraient être éligibles au SaaS, les DSI répondaient les processus de paie, voire la messagerie. Des applications très standard, qui demeurent encore assez loin des systèmes au cœur du métier de l'organisation. Et force est de constater qu'il demeure encore difficile pour la plupart des directeurs IT français d'imaginer placer à l'extérieur des murs de l'entreprise des applications comprenant des informations souvent jugées confidentielles (car liées aux clients), et parfois stratégiques (car liées à la R&D).

etude decision dsi
Cette étude a été réalisée en partenariat avec IT Research et Club Décision DSI auprès de 678 décideurs informatiques d'organisations françaises. © JDN

Autre enseignement issu de notre étude, l'affaire PRISM, qui a révélé fin 2013 un contrôle des principaux clouds mondiaux par la NSA, a été vécue comme une douche froide par les décideurs informatiques français. Pour plus de 55% d'entre eux, elle pourrait remettre en cause le choix de solutions SaaS américaines.

Une prise de position claire des responsables IT de l'Hexagone qui relance le débat sur la localisation des données. Les DSI pourraient désormais être incités à opter pour des offres SaaS sous législation européenne, voire français, ne dépendant pas de la juridiction américaine... et donc du Patriot Act (c'est le cas de toute filiale étrangère d'un groupe originaire des Etats-Unis).

etude decision dsi 3
L'affaire PRISM a été vécue comme électrochoc pour beaucoup de DSI français. © JDN

Au chapitre des critères de choix privilégiés lors des projets SaaS, le prix arrive sans grande surprise très largement en tête des réponses des décideurs informatiques français consultés. Plus de 58% l'évoquent. Mais juste derrière, les répondants évoquent la réversibilité, la sécurité et la localisation des données (des points évoqués par près de 53% d'entre eux), le niveau d'interopérabilité et de standardisation (50%), et le niveau de service contractualisé, ou SLA (47%). Faire intéressant, la richesse fonctionnelle, et donc le caractère potentiellement innovant des offres SaaS, ne vient qu'après (44%). Ce qui laisse songeur.

etude decision dsi 2
A la question de savoir quels étaient leurs critères de choix d'une solution SaaS, les responsables IT français interrogés pouvaient donner trois réponses. © JDN

Méthodologie : L'étude d'IT Research a été réalisée pendant le mois de février 2013 auprès de 678 décideurs informatiques français (DSI, DOSI, directeurs de production...), tous membres du Club Décision DSI. Ils travaillent pour des organisations de taille moyenne ou grandes, de 300 à 50 000 salariés, dans 20 secteurs d'activité. Il s'agit à la fois d'entreprises privées et d'organisations publiques.

SaaS / Cloud computing