La mobilité, moteur de la digitalisation pour 90% entreprises

Transformation digitale : étude ROOMn Considérée comme l'un des principaux leviers de la transformation numérique, la mobilité ouvre la porte à de nouvelles perspectives.

Les entreprises françaises ont pris pleinement conscience que la mobilité représentait bel et bien un moteur de la transformation digitale. Pas moins de 90% des 253 organisations françaises interrogées par l'institut MRCC, dans le cadre d'une enquête pour le compte de DG Consultants, estiment que c'est le cas. 68% des répondants considèrent même la mobilité et, plus globalement, les technologies et services numériques comme déterminants pour l'avenir de leur activité.

L'étude est publiée en amont de ROOMn, évènement annuel centré sur la mobilité organisé par DG Consultants - et dont la troisième édition se tiendra les 1er et 2 avril à Deauville.

Des défis culturels et commerciaux

Les entreprises consultées par MRCC se considèrent-elles au rendez-vous sur ce terrain de la mobilité et du digital ? 66% se disent très avancées ou plutôt avancées sur ces sujets. Quant aux enjeux les plus souvent évoqués dans l'optique de négocier le virage du numérique, il s'agit sans surprise des problématiques culturelles et commerciales. 

La sécurité des données comme priorité numéro 1

"Nous avons clairement franchi une étape dans la digitalisation des grandes entreprises en France. Il ne s'agit plus de considérer le digital et le mobile comme des technologies à maîtriser, mais bien de savoir comment modifier en profondeur les processus et les manières de travailler en interne, mais aussi avec les clients et les fournisseurs", commente Pierre Antoine, expert pour ROOMn et fondateur de la société de conseil Smartpulse. "C'est la culture digitale qu'il faut avant tout acquérir. C'est elle qui permet de comprendre les enjeux qui tournent autour des usages, du time-to-market, de la transformation des organisations et des modes de travail, des choix technos..."

Le DSI : la plupart du temps leader de la transformation IT

Dans 62% des organisations françaises interrogées par MRCC, c'est le DSI qui prend le leadership sur les questions digitales, devant la direction générale (39%) et le marketing (23%). Une tendance qui s'explique par les priorités sous-jacentes aux chantiers de digitalisation, avec en tête d'entre la sécurité des données (46%) et l'amélioration de la gestion des flottes de terminaux (40%).

"Le rôle central des DSI dans la transformation digitale est clairement mis en lumière par ces résultats. Plus que jamais garants de la sécurité des données, leurs tâches deviennent également beaucoup plus complexes, comme lorsqu'il s'agit par exemple de gérer des applications métiers pour une flotte de terminaux mobiles de plus en plus fragmentée", constate Pierre Antoine. D'où la nécessité d'intégrer des compétences techniques nouvelles "mais surtout chercher de fédérer les autres métiers".

roomn
Indicateurs tirés de l'étude réalisée par l'institut MRCC pour le compte de ROOMn. © MRCC

Les obstacles auxquels sont confrontés les retardataires

L'étude de MRCC évoque aussi les difficultés des entreprises se considérant distancées en matière de digitalisation. Les obstacles les plus épineux auxquels font face ces retardataires renvoient le plus souvent à la transformation culturelle induite par le numérique. En tête, de ces obstacles : l'acquisition de compétences ou la formation pour mieux appréhender les enjeux du digital (point relevé par 36% des répondants), et l'investissement dans la compréhension des usages mobiles par le client (32%). 

etude transformation digitale
Indicateur tiré de l'étude de ROOMn sur la transformation digitale. © ROOMn

Méthodologie : l'étude de MRCC a été réalisée en janvier 2015 auprès de 253 organisations - dont 23% sont des administrations publiques. Il s'agissait pour 70% d'entre elles d'organisations de plus de 500 salariés. 54% des répondants sont des décideurs informatiques, 35% issus de directions métiers,et 11% de directions générales. 

Mobilité