Olivier de la Clergerie (LDLC.com) "L'école LDLC va former les cadres de la transformation numérique"

Alors que son équipe pédagogique vient d'être mise sur pied, l'école que lance l'e-commerçant LDLC.com en septembre à Lyon développe un projet bien différent de celui de l'école 42.

JDN. L'école LDLC s'adresse aux titulaires du bac. Qu'est-ce que vous pouvez leur dire pour les attirer ?

olivier
Olivier de la Clergerie, directeur général de LDLC.com, a co-fondé le site LDLC.com avec son frère Laurent, actuellement président du groupe. Il travaille depuis l'origine sur le projet d'école. © LDLC.com

Olivier de la Clergerie. En trois ans, ce qui est court, cette école va leur permettre de travailler dans le numérique. Nous ciblons donc des jeunes qui ont déjà décidé de se diriger vers les métiers liés au numérique et qui veulent commencer rapidement leur vie professionnelle. Passer par une prépa sera plus long.

L'école LDLC va former des cadres généralistes maitrisant les enjeux du numérique. Son enseignement ne va pas faire d'eux des experts techniques. L'école veut d'ailleurs montrer qu'il est tout à fait possible de travailler dans le numérique sans être un technicien. Certes, il s'agit d'une nouvelle école née d'une initiative privée pour répondre aux besoins du numérique, mais la comparaison s'arrête là avec l'école 42 qui forme, elle, des développeurs informatiques. Ceux qui auront suivi la formation de l'école LDLC pourront devenir entrepreneurs, ou aider des entreprises à mieux réaliser leur transformation numérique. Nous souhaitons que les élèves qui sortent de l'école soient employables immédiatement. Ils n'auront pas besoin de se spécialiser ensuite.

Vous affirmez que les frais d'inscription (6000 euros par élève pour les trois ans) ne couvriront pas les frais de fonctionnement. Est-ce que cela ne compromet pas la pérennité de l'établissement ?

Cette école est une réponse à la pénurie de certains profils, et aux difficultés de recrutement que nous avons pu observer à la direction de LDLC. C'est une aide que nous pensons pouvoir apporter à la société. Les projets des entreprises ne sont pas toujours exclusivement concentrés sur les revenus et les bénéfices...

L'école est ouverte à des titulaires de bac non scientifiques

Cependant, si l'école est une initiative privée, aujourd'hui financée à 100% par le groupe LDLC, cela pourrait évoluer. L'établissement n'est pas du tout fermé aux subventions ou aux partenariats. Par ailleurs, nous voulons vraiment éviter un fonctionnement en vase clos, avec le site d'e-commerce LDLC qui va former seul les élèves qu'il sera ensuite le seul à recruter. Comme nous l'avons déjà dit, les étudiants de l'école ne sont pas prioritaires à l'embauche chez LDLC.com, mais le groupe ne va pas se priver pour recruter non plus.

L'école LDLC doit accueillir sa première promotion le 15 septembre prochain. Qu'est-ce qui est prêt, et qu'est ce qui ne l'est pas ?

L'équipe pédagogique est désormais en place. Elle a déjà commencé à élaborer précisément le programme pédagogique. Ses grandes lignes sont tracées, mais il doit encore être finalisé. Les responsables pédagogiques récemment nommés ont déjà enseigné, et mais ils vont pouvoir profiter de la chance qu'ils ont de partir d'une feuille blanche. Ils connaissent l'enseignement mais veulent aussi le faire évoluer. L'école ne s'interdira pas de bousculer des habitudes, ou d'explorer de nouveaux outils.

Nous allons aussi bientôt lancer les admissions. L'école est ouverte à des titulaires de bac non scientifiques. Il y a un dossier à envoyer, mais aussi des tests en ligne à passer, avant l'entretien de motivation. Je ne peux pas encore révéler le contenu du test en ligne, mais son but sera de nous aider à détecter des talents, des passions, et des profils prêts à recevoir l'enseignement. Il sera en fait plus proche d'un test de personnalité ou de motivation, que d'une succession d'épreuves scientifiques. Pour la première promotion, nous n'allons pas dépasser la trentaine d'élèves admis, mais l'objectif est d'atteindre à terme la centaine d'élèves par promotion.

Il y a aussi des démarches administratives à poursuivre, car le diplôme "bac+3" qui sera délivré par l'école n'est pas encore reconnu par l'État. Il ne pourra d'ailleurs pas l'être avant 2021 car il faut que trois promotions aient terminé la formation. Mais cette école s'inscrit sur le long terme, ce n'est pas un coup marketing que nous allons oublier dans quelques mois.

Recrutement / Recrutement informatique