Serious games : les premiers retours d'expérience en France

Serious game Air France, BNP Paribas, L'Oréal, Axa... Plusieurs grands groupes français se sont engagés dans des projets visant à exploiter le jeu vidéo au profit de la formation. Le point.

Présents depuis une dizaine d'années dans les entreprises et les administrations et universités, les serious games font maintenant partie intégrante de leur arsenal des outils de formation. Et sont au centre d'un véritable marché dont le chiffre d'affaires s'est considérablement développé.

Estimé à plus de 40 millions d'euros en 2010, le marché français du serious game recense près d'une centaine d'éditeurs et fournisseurs spécialisés dans leur création et mise en œuvre. Les domaines concernés sont très variés : formation des forces de ventes, des managers pour acquérir des compétences managériales ou comportementales...

Mais, les serious games s'étendent à d'autres domaines plus inattendus, comme le secteur médical. "Nous avons mis en place un serious game dans le domaine de la santé. Il entre dans le processus de rééducation de personnes victimes d'accident vasculaire cérébral", explique Pierre Foulon, directeur de Genious Interactive. "Nous avons également déployé un serious game pour le CHU de Nice destiné aux personnes souffrant de la maladie d'Alzheimer. Il inclut différents scénarios de jeu pour répondre aux attentes des thérapeutes sur les mouvements précis à effectuer ou de résistance à l'effort demandé pour chacun de leur patient."

Les serious games se sont depuis ouverts aux entreprises de taille plus modeste

Alors qu'ils ont pendant longtemps ciblé les grands comptes, les serious games se sont depuis ouverts aux entreprises de taille plus modeste. Plus besoin donc d'investir des sommes pouvant grimper jusqu'à 300 000 euros, notamment grâce au développement d'offres proposées par abonnement annuel. C'est notamment le cas des solutions proposées par Daesign avec son Serious Game Store.

Le serious game s'insère dans la stratégie de formation interne des entreprises

"Les serious games étaient auparavant réservés aux entreprises qui avaient de grands moyens financiers, mais avec Serious Game Store nous apportons une offre générique et standardisée qui permet de s'abonner à une multiplicité de contenus différents pour un coût d'une dizaine d'euros par personne formée", indique Damien Nolan, directeur général de Daesign.

Des grands groupes comme Axa n'ont pas hésité à renouveler leur abonnement aux service en ligne de Daesign pour une durée de 3 ans pour répondre aux besoins de formation des populations de managers dans le domaine des ventes et de la relation client. Chez BNP Paribas et EDF, des formations pour apprendre à mener un entretien annuel d'évaluation ont été mises en place dans un mode de formation mixte (blended) dans lequel le serious game côtoie d'autres outils classiques d'apprentissage (présentiel, jeu de rôles...).

Chez Air France, un serious game a été conçu pour aider les équipes à se préparer l'entretien professionnel pour notamment mieux gérer le stress, répondre convenablement à des questions... Du côté de L'Oréal, on note un serious game diffusé auprès de différents partenaires, dont des écoles de coiffure, pour s'initier à de nouvelles techniques de merchandising.

BNP Paribas / AXA