Avec l'annonce Deutsche Borse, l'évolution "bancaire" du Cloud continue

L'annonce par la société Deutsche Borse d'une place de marché d'échange de ressources Cloud traduit à la fois l'évolution des ressources informatiques en tant que "Commodities" et une évolution de leur gestion selon le modèle bancaire qui connaît déjà ce modèle au travers des chambres de compensation financière.

Le Deutsche Borse vient de faire l'annonce d'une place de marché permettant pour ses membres d'échanger des ressources d'infrastructures as a service. Cette évolution était prévisible pour ceux qui ont une connaissance approndie de la nature profonde du Cloud Computing, c'est-à-dire qui ont compris que le Cloud Computing consacrait le passage d'une économie de bien à une économie de services, un changement profond de nature, et de manière illustrée, d'une économie de la production de coffre-forts à une industrie de services financiers de type bancaire. D'une économie de progiciels et matériels informatiques à une économie de services Cloud. Cette analogie que j'utilise régulièrement depuis plusieurs années pour tenter de faire comprendre à mes interlocuteurs la nature et l'importance de la transition que vit l'informatique trouve d'une certaine manière sa totale illustration avec l'offre de services faite par Deutsche Borse. Car il s'agit là d'une chambre de compensation Cloud. Le secteur bancaire connait depuis longtemps les chambres de compensation financière, l'une d'elles ayant été particulièrement célèbre dans l'affaire Clearstream, au sein desquels les membres échangent des créances.

Est-ce la première du genre dans le domaine IT ? Non

Car le concept a déjà été appliqué au ressources télécoms, des opérateurs pouvant s'échanger des ressources de communication téléphonique. L'intérêt est de pouvoir optimiser la vente des ressources d'infrastructures as a service disponible d'un fournisseur de service Cloud. Et à ceux qui manquent de ressources de trouver des excédents disponibles. Mais en cela, cette offre nouvelle, outre le fait de consacrer l'analogie bancaire, consacre aussi l'octroi du qualificatif de commodities, que les anglo-saxons appliquent au biens indifférenciés, l'eau, l'électricité par exemple, les télécoms, au Cloud Computing, ou du moins à une partie des services d'infrastructure, et qui traduit aussi l'entrée du Cloud dans une nouvelle ère de pure service, son changement profond de nature, qui nous réservera, soyons en sûr d'autres surprises à venir.

Autour du même sujet