La virtualisation des postes de travail : réponse aux enjeux informatiques

Vous avez certainement virtualisé vos serveurs et systèmes de stockage mais avez-vous également virtualisé vos postes de travail ? Voici quelques bonnes raisons de le faire.

De nombreuses équipes informatiques ont adopté la virtualisation des serveurs et des systèmes de stockage ces dernières années, mais rares sont ceux qui sont massivement allés plus loin tandis que d’autres n’ont pu envisager  la virtualisation, faute de moyens financiers ou d’expertise ou par crainte des risques sécuritaires et d’une dégradation des performances. Les avantages durables de la virtualisation des postes de travail devraient les faire changer d’avis : moindres besoins et coûts de maintenance informatique rationalisés, gains de productivité et de flexibilité pour des utilisateurs qui vivent pleinement l’expérience du PC.
La virtualisation de postes de travail est différente de la virtualisation de serveurs et de systèmes de stockage. La virtualisation des serveurs implique de répartir la capacité de traitement d’un serveur physique entre  différents usages. De même, la virtualisation des systèmes de stockage consiste à regrouper la capacité de stockage physique de plusieurs services de stockage.
Le principe de la virtualisation des postes de travail, en revanche, n’est pas de faire cohabiter plusieurs utilisateurs sur un seul poste de travail, mais de transférer les ressources du disque dur d’un PC vers un serveur pour les redistribuer à plusieurs PC, tablettes, smartphones et clients légers, sans contraintes géographiques ou presque, de manière à désolidariser l’utilisateur d’un terminal en particulier. Cette technique transpose ainsi aux postes de travail les avantages de sécurité renforcée et de simplicité de maintenance de la virtualisation de serveurs. Les applications et données sont stockées non plus sur un poste de travail local mais sur un serveur central sécurisé. Il devient alors possible d’accéder partout à son environnement bureautique, depuis n’importe quel  terminal.D’un point de vue matériel, il existe toute une gamme de produits répondant aux besoins spécifiques des utilisateurs tels que la virtualisation de stations graphiques pour la conception assistée par ordinateur. Trois types de postes clients se prêtent particulièrement à la virtualisation de postes de travail.
Parmi ceux-ci, le client léger traditionnel, à savoir un terminal sans disque et sans mémoire, qui se résume à une petite unité de traitement à laquelle se raccordent un clavier, une souris et un écran. Le client léger exige une connexion fiable et constante au serveur car il affiche à l’écran un  environnement informatique résidant sur le serveur.Vient ensuite le Cloud PC, similaire du point de vue matériel à un PC, mais sans disque dur: le système d’exploitation et les applications résidant sur le serveur sont exécutées en local, garantissant ainsi les mêmes performances qu’un PC classique et mobilisant moins d’espace dans le datacenter. C’est la solution idéale pour résoudre les problèmes de performance, de gestion d’image système et de sécurité des filiales locales ou distantes. Enfin, le client zéro, un type de client optimisé pour un environnement dédié qui n’inclut qu’un système ultra réduit en local. Il ne fonctionne qu’avec les environnements Citrix, Microsoft et VMware. Conçus pour un environnement dédié, ils offrent une expérience optimale avec cet environnement et une sécurité inégalée.Les avantages de la virtualisation de postes de travail sont nombreux et permettent de résoudre des problèmes concrets et actuels :

Migration de Windows

Windows XP est resté sur le marché plus d’une décennie, période très longue pour un système d’exploitation. Microsoft a décidé de mettre fin au support de Windows XP. Les organisations doivent donc se résoudre à migrer vers Windows 7 ou Windows 8. Cette opération nécessite d’intervenir sur chaque ordinateur de l’entreprise pour remplacer XP par Windows 7 ou 8, avec les trop longues indisponibilités que cela suppose pour chaque employé, ou alors d’investir pour remplacer les postes de travail.
L’alternative serait d’héberger les postes de travail dans le Cloud interne de l’entreprise. Quelques minutes suffiront alors pour y charger l’environnement Windows 7/8 virtuel, au lieu de plusieurs semaines voire des mois pour une migration traditionnelle, selon la taille de l’entreprise.

Performances optimales

Ne vous fiez pas à la petite taille de ces clients. Derrière leur format compact se cachent des technologies dernier cri ; installables partout, ils mobilisent très peu d’espace tout en vous offrant toutes les performances dont vous avez besoin. Ces clients légers consomment par ailleurs moins de 20 Watts (moins de 8 W pour la plupart), contre 100 W minimum pour un ordinateur fixe ou portable classique.

Portabilité extrême

Certains terminaux ne sont pas plus grands qu’une télécommande de voiture ou qu’une grande clé USB et peuvent transformer n’importe quel moniteur ou écran en un client léger ultra fonctionnel.

Sécurité renforcée

Ordinateurs portables et clés USB se perdent et se volent facilement. D’où l’importance de sécuriser les données, quel que soit le secteur d’activité. Cela est d’autant plus simple que toutes les données sont réunies dans un même datacenter au lieu d’être disséminés sur de multiples terminaux et espaces de travail.

Adoption des pratiques « Bring Your Own Device » (BYOD)

Les entreprises souhaitent tirer profit de la flexibilité et de la satisfaction utilisateur du BYOD. L’un des problèmes avec le BYOD est que les données sont consultées et stockées sur des terminaux personnels. Dans un environnement de postes de travail virtuels, les applications et données de l’entreprise sont lues sur les ordinateurs portables, les tablettes ou les smartphones des utilisateurs, mais sans jamais y être enregistrées, ni chargées. Lorsque toutes les ressources sont stockées sur un serveur, chaque terminal personnel permet de les utiliser via une connexion haute fiabilité sans qu’il faille les charger en local.

Transition vers le Cloud

Outre les applications et contenus, vous pouvez aussi migrer les technologies d’administration de terminaux et des postes de travail virtuels dans le Cloud. Ainsi, c’est tout l’environnement de travail qui est distribué en mode cloud « as-a-service ».
La virtualisation de postes de travail mérite donc réflexion. Cependant, armé des bons outils et des bonnes informations, vous pourrez déployer un système dont tous les acteurs de l’entreprise pourront bénéficier.
Soulagés de nombreuses tâches d’administration répétitives et de bien des préoccupations liées à la sécurité et la maintenance, les techniciens IT pourront se concentrer sur des projets plus stratégiques pour l’entreprise. Les utilisateurs gagneront en productivité et en satisfaction, libres de se connecter au réseau de l’entreprise partout, depuis le terminal de leur choix.
Il va sans dire que l’efficacité IT accrue combinée à la plus grande productivité du personnel ne peut qu’être bénéfique pour le chiffre d’affaires. La virtualisation des postes de travail est pour les organisations une stratégie gagnant-gagnant.

Autour du même sujet