Analyse des relations entre phishing et métadonnées

Après avoir abordé la manière dont une gestion efficace des données et des permissions d’accès pouvaient limiter les attaques de phishing, il est intéressant de revenir sur l'un des plus importants vol de données dont a été victime la société Target et le procédé utilisé pour ce cybercrime.

Au stade actuel, nous pouvons être relativement certains que le phishing a été utilisé dans l’une des plus grandes atteintes à la protection des données de l’histoire des États-Unis. Krebs a étudié la question et a signalé précédemment que les cybercriminels avaient hameçonné l’entreprise gérant le système de CVC de Target. Bien sûr, l’enquête suit son cours et les mises en garde habituelles restent d’actualité, mais il semblerait que l’employé d’un fournisseur ait reçu un courrier électronique qui l’a poussé à télécharger un programme malveillant. Les pirates ont alors pu accéder au réseau principal du distributeur à partir du réseau interne du fournisseur.
Pourquoi et comment une entreprise chargée d’entretenir le chauffage a pu disposer d’un accès réseau ayant finalement permis à des pirates pour exploiter les failles de sécurité de machines et de serveurs PDV est mieux expliqué à d’autres endroits. Mais un aspect négligé de cet incident est la minutie avec laquelle les pirates ont effectué leur surveillance préliminaire, laquelle dépendait fortement de l’analyse de fichiers accessibles au public.
Krebs donne la preuve que les cybercriminels ont recueilli d’importants indices sur la structure du réseau interne de leur victime à partir de fichiers, plus spécifiquement de métadonnées de fichiers situés dans une partie du domaine Internet de Target destinée aux fournisseurs. Dans ce sous-domaine particulier, les fournisseurs (et comme nous le savons maintenant, les pirates déterminés) pouvaient trouver toutes sortes de documents sur la façon d’envoyer les factures et les ordres de travail ainsi que d’autres informations administratives.

En effet, une mine de données sur les procédures bureaucratiques internes se trouve sur Google !

Rien ne permet encore de suggérer que les pirates ont découvert des informations essentielles utilisées dans l’attaque dans le contenu des fichiers eux-mêmes. Toutefois, je soupçonne fort que les documents font actuellement l’objet d’un examen attentif.
Krebs a pu télécharger un tas de feuilles de calcul Excel. En analysant les propriétés des fichiers (des métadonnées présentes dans tous les documents MS Office), il a pu apprendre que l’une des feuilles de tableur avait été imprimée pour la dernière fois sur un périphérique dont le nom Active Directory commençait par les lettres « TTC ».
Krebs montre ensuite que ces initiales sont utilisées dans les conventions globales de nommage des ressources réseau de Target. Génial ! Ainsi, les pirates ont probablement su tirer quelques bonnes conjectures sur les zones du réseau plus riches en cibles à partir des métadonnées. Si vous venez de rejoindre The Metadata Era, voici une information importante à retenir : les métadonnées sont puissantes et révélatrices. Les liens cachés entre attaques de phishing, contenus et métadonnées de fichiers sont explorés dans notre récent e-book, Anatomy of a Phish. Par ailleurs, vous le trouverez également sur iTunes.

Serveurs / Phishing