Et si les objets connectés révolutionnaient la restauration ?

Tables tactiles, menus interactifs et personnalisables... La restauration se numérise progressivement mais surement, et les objets connectés pourraient s’imposer comme la nouvelle tendance phare de ce secteur.

Dans le secteur de la restauration, on pourrait désormais imaginer des objets recueillant nos habitudes alimentaires, nos données nutritionnelles ou encore sportives… qui enverraient directement la commande idéale sur un menu interactif !

Le célèbre bar restaurant parisien "Who’s Bar", utilise depuis quelques mois des smartphones, tablettes et montres connectées pour faciliter la vie des clients et des employés. 

La commande est prise sur le smartphone, transmise sur les tablettes en cuisine, et également sur les "caisses" qui sont en réalité des tablettes. Les serveurs sont prévenus de la disponibilité de la commande via des montres connectées. Tous ces éléments réunis facilitent la communication entre les équipes, réduisent considérablement le délai d’attente des clients, et améliorent la qualité de service. Le manager peut ainsi suivre en temps réel les délais de préparation et d'attente pour décider de faire éventuellement appel à un cuisiner ou serveur supplémentaire.

Mais cela pose encore une fois le problème de gestion des données, qu’il faut prendre en compte avant de se lancer dans l’aventure. En effet, on imagine aisément la quantité de données qu’un restaurant pourrait créer en heures de pointe, lorsque des centaines de couverts sont servis. 

La restauration n’est bien évidemment pas le seul secteur confronté à cette problématique. Interrogées dans un récent sondage mené par Ipswitch, Inc, 34% des entreprises françaises prévoient d’introduire des wearable technologies sur le lieu de travail dès 2015. Pourtant 80% des entreprises n’ont aucune stratégie en place concernant ces objets.* 

Premièrement, il faut évaluer la quantité de données que le système devra gérer. Combien de couverts sur une journée ? Combien de couverts maximum sont servis au même moment ? Toutes les données seront-elles numérisées ? Sur quel réseau Wi-Fi se connecteront les divers appareils ? Les employés sont-ils autorisés à connecter leurs propres appareils à ce même réseau ? Ce réseau sera-t-il ouvert aux clients ?

Cette analyse permettra d’appréhender les besoins informatiques, pour un grand restaurant, il sera par exemple très probablement nécessaire de mettre en place une solution de monitoring et de gestion du réseau et des applications. La solution pourra repérer les bugs éventuels avant que de réels ralentissements des communications entre les appareils soient perceptibles.

Il ne faut pas non plus oublier, qu’en plus de ces terminaux utilisés à des fins professionnels les employés ont souvent des appareils personnels pouvant se connecter au réseau Wi-Fi et ainsi ralentir le traitement des données. Pour éviter ce problème, il faut mettre en place une charte et des règles encadrant l’usage et la connexion au réseau Wi-Fi. Ce détail est d’autant plus important si le Wi-Fi est ouvert aux clients, dans ce cas, l’idéal serait deux réseaux distincts, un pour les employés, l’autre pour les clients, ce qui améliora également la sécurité informatique. 

Une fois toutes ces données prisent en compte et une solution de surveillance réseau trouvée au besoin, la restauration pourra utiliser au maximum toutes les capacités offertes par le digital pour améliorer à la fois les ventes et la satisfaction des clients.

* L'enquête Ipswitch a été réalisée en ligne auprès de 316 informaticiens en octobre 2014 et incluait 104 réponses du Royaume-Uni, 101 réponses de France et 111 réponses d'Allemagne.

Smartphone / Qualité de service