Intelligence Artificielle : on est en pleine Science-Fiction !

War Games, Hal, Matrix, Terminator, I, Robot…. Hourra, l’Intelligence Artificielle est de retour !

Grandeur et décadence de l’IA

Si dans les années 50 la littérature SF fourmille déjà de récits prophétiques bâtis autour d’intelligences synthétiques, c’est à partir des années 60 que les travaux des ingénieurs commencent à émerger avec les promesses les plus enthousiasmantes et les plus incroyables : traduction automatique, HAL, l’ordinateur de 2001, L’Odyssée de l’Espace, Robby, le robot intelligent de la planète interdite, etc.

Le concept de base - la reproduction/la simulation d’un comportement humain par un algorithme - se heurte à sa complexité intrinsèque et tente de sortir de l’ornière en décomposant les approches par territoires plus fin : Natural Language Processing, Représentation des connaissances, Machine learning, planification etc.

De ces travaux ont à nouveau émergé les projets les plus prometteurs tels les systèmes experts qui dans les années 80-90 promettaient de résoudre les problèmes, d’aider à prendre des décisions sur la base d’une somme d’apprentissages ingérés et “compris” par les ordinateurs.

Mais de toutes ces promesses, rien de très concret ne voit le jour.

L’intelligence Artificielle devient quasiment un mot tabou et plus aucun entrepreneur ne s’en réclame.

Jusqu’à… aujourd’hui !

L’IA ou LE sujet du moment

Dans la Silicon Valley on n’entend plus parler que de l’Intelligence Artificielle et de nombreux articles apparaissent dans les médias.

Pourquoi ? Parce que de nombreux développeurs ont poursuivi leurs recherches, que de grandes entreprises ont maintenu leurs investissements et que les puissances de calcul doublent tous les ans. Mais également parce que l’approche initiale de la subdivision a porté ses fruits.

C’est bien l’Intelligence Artificielle qui permet le développement de tous les assistants virtuels et applications “silencieuses” proposées par les GAFAM.

L’excellente nouvelle c’est qu’ils ne sont pas les seuls à proposer des applications dans ce domaine, de plus en plus de start-up se positionnent sur ce marché : notamment avec des services qui permettent de tenir votre carnet d’adresses à jour, de prendre des rendez-vous, dans des registres plus “personnels” : de prétendre de manière crédible à l’existence d’une petite amie/d’un petit ami. Bref la liste est longue.

Et vous, de quelle application d’intelligence artificielle êtes-vous le Monsieur ou la Madame Jourdain ?

CONCEPT / Google Glass