Au-delà de la réalité virtuelle : dynamiser l'ère de l'informatique immersive

Nous sommes à l'aube d'une ère de l'informatique immersive, dont les avancées technologiques prendront forme très rapidement et à grande échelle. Le monde, tel que nous le connaissons aujourd'hui, changera radicalement.

J’ai été invité, en ce mois de septembre, à intervenir sur le thème de la réalité virtuelle, ou « RV », dans le cadre du salon IFA. Jamais moment n'a été aussi propice à un débat sur la réalité virtuelle, non seulement parce que cette thématique est aujourd'hui omniprésente, mais aussi parce que je suis convaincu que ce phénomène marque le début d'une nouvelle ère, celle de l'informatique immersive.

Au cours des cinquante dernières années, l'évolution du secteur technologique a connu plusieurs phases. La première, celle de l'informatique centralisée, a été dominée par les mainframes IBM. L'ère qui a suivi a vu la naissance de l'informatique individuelle et de la généralisation de la micro-informatique au début des années 1980. L'ère actuelle fait la part belle à l'informatique mobile, du fait de la miniaturisation des processeurs et capteurs qui, progressivement, sont embarqués dans une multitude d'appareils.

Aujourd'hui, non seulement la société adhère à la technologie mobile et l'utilise, mais cette dernière est devenue indissociable de notre quotidien. De la réalité virtuelle aux véhicules autonomes en passant par la domotique et la maison connectée, les possibilités d'intégration de la technologie semblent illimitées.

Au-delà de la réalité virtuelle

En janvier dernier, Klaus Schwab, fondateur du Forum économique mondial, affirmait que nous étions sur le point d'assister à une révolution technologique. Il estime que le rythme des avancées technologiques actuelles est sans précédent et croît à une vitesse exponentielle. Je pense qu'il a raison.

À l'heure actuelle, les équipements sont pratiquement tous connectés et embarquent divers capteurs favorisant la retransmission d'informations contextuelles. Les outils de reconnaissance vocale et d'image ne cessent de gagner en précision. Les moteurs de rendu graphique et les écrans ultra-haute résolution offrent une qualité d'affichage exceptionnelle. Et la rapidité des progrès, couplée à l'adoption de logiciels open source, accélère le développement applicatif.

Tous ces facteurs combinés témoignent d'une nouvelle ère, celle de l'informatique immersive. Cette ère se caractérisera par des connexions réseau entre individus, processus et données, transformant la façon dont nous interagissons avec l'homme et la technologie, mais aussi notre manière d'apprendre, de travailler et de nous divertir. Nous serons entourés par l'intelligence informatique et la puissance de calcul. La technologie sera omniprésente, y compris dans notre quotidien. Elle interagira avec nous en usant de méthodes que nous osons à peine imaginer. La réalité virtuelle constitue un formidable exemple.

Nombre d'observateurs technologiques prédisent que la réalité virtuelle transformera radicalement l'enseignement et changera la donne dans divers secteurs ― de la grande distribution à la santé, aux divertissements, et de l'industrie des jeux à celle de la mode. D'après des estimations récentes, le marché de la réalité virtuelle devrait peser 80 milliards de dollars d'ici 2025. Indépendamment de la taille du marché, les exemples de possibilités ne manquent pas. Que diriez-vous d'apprendre l'Histoire en vous plongeant au cœur de certains événements ? J'ai personnellement été marqué par le Royal London Hospital, qui a filmé l'ablation d'une tumeur au moyen de caméras à 360 degrés, dans le cadre d'un programme destiné à former des étudiants en médecine et à sensibiliser le grand public à la chirurgie. Le praticien titulaire est convaincu que la réalité virtuelle permettra de rendre la santé plus équitable, en améliorant la formation des chirurgiens aux quatre coins du monde.

Aussi passionnante que la réalité virtuelle, la réalité augmentée (RA) offre peut-être encore davantage de potentiel. La réalité augmentée superpose des images virtuelles à des images réelles pour créer ce que l'on appelle une réalité mixte, couvrant l'espace expérientiel entre l'environnement réel et une réalité entièrement virtuelle.

La loi de Moore, version "Plus"

Face à cet incroyable potentiel technologique, nous oublions souvent que des innovations telles que la réalité virtuelle n'auraient jamais vu le jour sans les progrès accomplis dans le domaine des semi-conducteurs. Des améliorations considérables ont notamment été apportées au niveau de l'efficacité énergétique et de la puissance de calcul, en marge des technologies graphiques et d'affichage toujours plus immersives.

Néanmoins, si nous voulons tenir les promesses d'une ère de l'informatique immersive, il est des défis majeurs avec lesquels le secteur du silicium doit composer. Depuis la montée en puissance de l'informatique individuelle, les développeurs produits ont profité des effets de la loi de Moore, qui a vu le nombre de transistors doubler tous les 18 à 24 mois, à taille de circuit identique et coût constant. Si ces gains ont permis de décupler les capacités des micro-ordinateurs, ceux réalisés simultanément dans le domaine de l'efficacité énergétique ont fait la part belle aux équipements basse consommation, ouvrant ainsi la voie à l'ère de l'informatique mobile telle que nous la connaissons aujourd'hui.

On ne peut pourtant pas défier les lois de la physique. Si la loi de Moore demeure pertinente, il est clair qu'elle fonctionne désormais au ralenti. Les perfectionnements sur les cœurs de semi-conducteurs sont de plus en plus espacés dans le temps, avec des niveaux de masque plus nombreux et des coûts plus élevés. Ces dernières années, nous avons pu constater qu'il fallait allier un design architectural élaboré à une technologie innovante pour conserver le même rythme de fonctionnalités.

Puisque nous avons à cœur de proposer de nouvelles expériences et innovations à l'ère de l'informatique immersive, il nous faut, à mon avis, nous en remettre à la loi de Moore, version "Plus". Autrement dit, si le secteur du silicium entend préserver la progression exponentielle de ses performances et la baisse de ses coûts, ses entreprises doivent faire preuve de créativité dans leurs projets d'ingénierie. À mon sens, l'univers de la loi de Moore, version "Plus", devra conjuguer des CPU pour la puissance de calcul, des GPU à la fois pour le calcul et la visualisation, et d'autres accélérateurs pour dynamiser l'ère de l'informatique immersive. Ces moteurs de calcul seront intégrés à des technologies de packaging inédites leur permettant de fonctionner ensemble efficacement.

L'ère de l'informatique immersive

Les opportunités, possibilités et modèles économiques qui s'offrent à nous l'attestent : nous sommes à l'aube d'une ère de l'informatique immersive, dont les avancées technologiques prendront forme très rapidement et à grande échelle. Le monde, tel que nous le connaissons aujourd'hui, changera radicalement.

Tous les ingrédients sont réunis : technologies d'avant-garde, performances élevées, puissance de calcul basse consommation et visualisation. Ces éléments sont d'ores et déjà là et se perfectionnent rapidement. L'informatique immersive en est encore à ses prémices, avec des produits de première génération qui s'apparentent aux premiers smartphones. Les premiers produits étaient séduisants et utiles, mais personne n'imaginait alors que nombre d'entre nous n'allaient plus pouvoir s'en passer et qu'ils allaient complètement transformer le marché mobile, en donnant naissance à des applications et services totalement inédits.

Nous vivons tous une époque passionnante, et grâce aux progrès réalisés au niveau des circuits électroniques et des processeurs, je suis convaincu que nous possédons le potentiel nécessaire pour proposer des produits d'exception à l'avenir. 

IBM / Jeux