CDO vs DSI : qui est le leader de la transformation digitale ?

Pour piloter leur transformation digitale, les entreprises ont fait appel à leur DSI, et certaines ont nommé des chief digital officer. D’où la question suivante : pourquoi choisissent-elles de faire appel à deux expertises différentes ?

47%[1] des DSI français estiment être les sponsors de la transformation digitale de leur entreprise. Dans le même temps, 27%[2] des entreprises ont fait appel à un CDO pour mener à bien cette transformation.  Qui donc du DSI ou du CDO est le responsable de la transformation digitale des organisations ?  Quel est le rôle du CDO ? A-t-il une réelle valeur ajoutée ? Pour répondre à ces questions, rappelons d’abord ce qu’est la transformation digitale.

Qu’est-ce que la transformation digitale ?

Digitalisation, réseau social d’entreprise, mobilité, stratégie digitale, outils numériques, nous utilisons beaucoup de mots pour qualifier la transformation digitale. Mais, au fond, de quoi parle-t-on ? 

Une « transformation » est un changement en profondeur. Pour une entreprise, il s'agit d'un processus qui impacte toutes les fonctions : marketing, communication, RH, finance, etc. La transformation a donc un caractère transverse.

Le terme « digital » regroupe plusieurs notions mais son principal enjeu est de faciliter la circulation de l’information grâce aux nouvelles technologies.

La transformation digitale d’une entreprise peut donc être définie comme un changement organisationnel pour mieux faire circuler l’information grâce à l’usage des nouvelles technologies. Elle poursuit plusieurs objectifs : performance, croissance, innovation, efficacité et création de valeur. 
Pour réussir sa transformation digitale, il est indispensable d’impliquer la direction générale et de s’appuyer sur des acteurs clés tels que le DSI et le CDO.

DSI et CDO : qui est l’ambassadeur du digital ?

Initialement, le DSI est le garant de l'infrastructure informatique de l’entreprise. Progressivement, il voit son rôle évoluer vers du conseil stratégique auprès des directions métiers. Le DSI passe donc d'une fonction informatique support de la production à une fonction système d'information support de la stratégie digitale de l'entreprise, fonction dont il ne maîtrise pas entièrement les enjeux. C’est pourquoi une organisation sur quatre s’est dotée d’un CDO.

Le CDO est un nouvel acteur. Il s’agit d’un métier créé spécifiquement pour répondre aux défis de l’ère numérique. Il a pour mission principale de définir les objectifs du plan de transformation digitale et de les intégrer dans les objectifs stratégiques de l’entreprise. Il s’agit d’un « chef d’orchestre » qui échange avec toutes les directions. Il est un excellent stratège et c’est un gourou de la communication. C’est le cas de Michael Aidan, vice-président et CDO chez Danone, après avoir occupé le poste de directeur de la Marque Evian.

Le DSI et le CDO poursuivent la même mission : engager avec succès leur organisation dans la voie de la transition numérique. Pourtant, ils n’ont pas les mêmes prérogatives et leurs périmètres sont bien distincts. Le DSI possède la maîtrise du système d’information et le CDO apporte une vision stratégique.

Le DSI et le CDO ne sont pas des concurrents. Ce sont des partenaires. Ils siègent tous les deux au comité de direction. Pour permettre aux entreprises de réussir la transformation digitale, ils doivent travailler main dans la main.


[1] source : baromètre de la transformation numérique réalisé par JDN / Club Décision DSI / IT Research.

[2] source : baromètre des chief digital officer réalisé par Novametrie.

Innovation / DSI