HoloLens : la réalité augmentée entre dans la cour des grands

Nouvelles fonctionnalités, nouvelle ergonomie, nouveaux cas d’usage à forte valeur ajoutée... Le nouveau casque de Microsoft propulse la réalité augmentée dans une nouvelle dimension.

Il y a quelques années de cela, la réalité augmentée faisait sa grande arrivée avec la sortie des Google Glass sur le marché, laissant entrevoir des projections enthousiastes autour de cette innovation et des nouveaux usages qu’elle engendrerait.

L’heure du bilan venue, le principal succès de Google fut surtout celui de mener une évangélisation massive des entreprises comme des particuliers aux usages de la réalité augmentée.

Aujourd’hui, les technologies de réalité augmentée et virtuelle semblent arriver à maturité en ayant réussi à être aussi fonctionnelles qu’économiquement viables. On peut le comprendre avec l’entrée sur le secteur de géants du numérique : Facebook avec l’Oculus Rift, Microsoft avec le HoloLens et il y a quelque jours Google avec le casque de réalité virtuelle Daydream. La technologie Hololens de Microsoft illustre cette avancée majeure dans le domaine et se positionne en véritable « Game Changer ».

Autour de cette innovation, on pourrait légitimement s’inquiéter de voir émerger les mêmes problématiques qu’à l’époque des Google Glass ou de l’imprimante 3D personnelle : manque de cas d’usage et de valeur ajoutée pour les entreprises et leurs collaborateurs, inaccessible au portefeuille des particuliers, et enfin, un relatif manque de contenu dû à un marché encore réduit et par conséquent un désintérêt de la part des producteurs de contenu.

Pourquoi HoloLens est un véritable game changer

Capacités de calcul et d’analyse en temps réel via des micro-processeurs nouvelle génération, autonomie vis-à-vis de l’ordinateur, persistance de l’environnement simulé... Avec cette innovation, Microsoft s’est positionné autour de partis pris audacieux et d’une vision révolutionnaire ; des profonds changements dans l’ergonomie, les fonctionnalités et l’expérience utilisateur qui visent à assoir HoloLens comme le nouvel ordinateur du futur. 

HoloLens dispose d’une autonomie de plusieurs heures et intègre des micro-processeurs de nouvelle génération (on parle d’HPU pour holographic processing unit) permettant la rapidité et la puissance de calcul nécessaires à la création, en temps réel, d’un environnement augmenté persistant. Bien entendu, l’autonomie est encore trop faible pour permettre une utilisation vraiment pratique d’HoloLens, ce qui est notamment dû aux HPU particulièrement gourmands en énergie, mais le problème est déjà en train d’être adressé par les équipes de Microsoft.

Plusieurs interactions physiques sont possibles avec ces nouvelles informations contextuelles apparaissant désormais dans votre champ de vision, puisque HoloLens est équipé de 4 caméras analysant vos gestes et votre position dans l’environnement. Encore peu de gestuelle est reconnue et utilisable (Tap, Drag, Bloom) dans le développement mais il a été précisé que de nouvelles interactions physiques arriveraient bientôt.

Voici la principale révolution ; HoloLens se suffit à lui-même, intègre capacité de calcul, permet de « créer » de l’information auparavant inexistante, « par rapport » à l’environnement, et ce en temps réel. Il n’est donc pas juste une nouvelle interface digital de plus sur le marché pour visualiser de l’information : il l’analyse, il en crée, là où les autres interfaces de R.A et de R.V n’étaient que des outils de visualisation et d’interaction basique.

C’est là où la valeur se crée : la réalité augmentée fait maintenant preuve d’intelligence et produit de l’information inexistante en plus de la rendre accessible n’importe où, n’importe quand. Les applications imaginables sont d’ailleurs nombreuses et sur des secteurs extrêmement variés. Prenons le cas d’un designer industriel du secteur automobile : ce qui se faisait déjà avec la réalité virtuelle, c’était interagir avec le modèle 3D d’un moteur, pouvoir le regarder sous tous ses angles, analyser séparément chacun de ses composants… Ce qui est maintenant théoriquement possible avec la réalité augmentée Hololens c’est un tableau de bord holographique de performance du moteur qui s’ajuste en temps réel à chaque action réalisée sur l’hologramme du moteur. Echanger la courroie trapézoïdale par une courroie dentée ? « Performance +3%, Durée de vie du moteur + 1,4%, Coût +0,6% … » affiche le tableau de bord holographique reposant virtuellement sur un des murs de votre bureau. Dans le cas d’une unité d’intervention de déminage, il pourrait faire apparaître en sur-brillance les opérations à réaliser, une par une, pour éviter toute catastrophe.

Autrefois rêves mais bientôt réalité, c’est dans ce type d’usage que se projette la R.A et que se place précisément le nouveau bijou technologique du géant de Redmond. A nuancer, on ne peut pas encore exactement savoir où nous mènera la puissance de calcul d’Hololens, qui montrera certainement des limites applicatives dans les mois à venir, mais on ne peut savoir à l’heure actuelle quelles sont ses réelles possibilités).

La production de contenu au cœur des enjeux d'adoption

Si ces technologies de pointe continuent de se populariser, c’est notamment grâce à une prise de conscience auprès des fabricants. Ils ont compris que l’adoption de ces technologies novatrices réside dans la création d’applications et de contenus suffisamment riches et nombreux pour susciter l’intérêt du marché, professionnel comme particulier. Et c’est notamment le cheval de bataille de nombreux acteurs du digital : sans producteur de contenu, il n’y a ni expérience, ni intérêt. Les principaux fabricants de dispositifs de réalité virtuelle et augmentée ont tiré enseignement du « raté Google Glass » et multiplient aujourd’hui les partenariats avec des agences et studios de production, de l’industrie vidéo-ludique notamment (Asobo pour HoloLens, Steam pour le HTC, Legendary Pictures et 20th Century Fox pour l’Oculus).

La réalité augmentée devient donc enfin une réalité. Elle est parvenue, à travers HoloLens, à révéler sa valeur et les usages auxquels elle peut s’appliquer. Pour l’instant destinée au marché des entreprises, tout comme l’ordinateur lors de son arrivé dans l’économie moderne, elle va très probablement continuer de s’ancrer dans le paysage technologique de tous les jours comme on a pu l’imaginer avec la dernière série phare de Netflix, Black Mirror, une série d’anticipation nous projetant dans nos tendances technologiques à leurs extrêmes. 

Bien entendu, il est clair qu’HoloLens manque encore d’ergonomie et de praticité : principaux points négatifs, la taille limitée du champ de vision « holographique », l’autonomie de quelques heures seulement et le prix, qui en fait un investissement à part entière si l’on souhaite en équiper une partie de ses collaborateurs. Mais ces quelques défauts sont le propre d’une première version. Microsoft nous présente aujourd’hui sa première esquisse de la vision de l’ordinateur du futur et les premiers retours et réactions du marché participeront activement à sa mise au point.

Autour du même sujet