Le cognitive search : une technologie précieuse pour lutter contre le terrorisme

Gagner en rapidité, maîtriser les moyens de communication auxquels recourent les terroristes, mais aussi, et surtout, anticiper le passage à l’acte : autant de défis qui peuvent bénéficier de la recherche cognitive.

À l’ère de l’information de masse, être en mesure de traiter l’immense volume de données, non structurées, que constitue le big data, est déterminant. Analyser et extraire le plus rapidement possible les informations-clefs dans la lutte contre le cybercrime, va révolutionner le travail des administrations mobilisées dans cette lutte. Il s’agit pour elles d’élargir les sources de données analysées, et d’optimiser l’interopérabilité entre leurs systèmes, pour gagner en efficacité.

L’accès à la bonne information, au bon moment, telle est la promesse du cognitive search. Cette intelligence artificielle (AI) traite les « mégas-données » du big data, pour en extraire, pratiquement en temps réel, des informations pertinentes et contextualisées, à partir d’une multitude de sources et de données complexes. Le traitement intelligent des données du cognitive search se combine au machine learning : la capacité des ordinateurs à apprendre à mesure qu’ils traitent l’information, pour offrir des résultats de plus en plus pertinents. La puissance de l’outil, au service de l’efficacité opérationnelle des services de renseignement, peut ainsi faire croître de façon exponentielle leur analyse prédictive. Cet apprentissage cognitif permet de s’adapter à la sophistication constante des techniques du renseignement, que sont la lutte contre le terrorisme, le blanchiment d’argent la fraude...

Prévenir les attaques grâce à la technologie des Insights Engines. Ces plateformes de Cognitive Search, comparables à celle de l’américain Palantir, permettent une recherche et une analyse intelligente du texte par l’AI, pour interpréter et réutiliser les données. Pour les services chargés de la sécurité intérieure, cette technologie doit aider à identifier les activités criminelles. Même dans le cas des « loups solitaires », l’exploitation des traces, qu’ils laissent immanquablement sur internet, peut permettre de détecter des schémas comportementaux, et de prévenir ainsi le passage à l’acte.

Le cognitive search est essentiel à la lutte contre le blanchiment d’argent, qui est l’une des principales sources de financement du terrorisme. Les enquêteurs ont la tâche d’identifier avec précision les cybercriminels, grâce à l’exploitation de gigantesques volumes de données, dans un laps de temps extrêmement court. La technologie des insights engines permet de croiser les données, en particulier les données financières, telles que des numéros de comptes, de cartes ou des transferts de fonds, pour repérer les activités frauduleuses.

Détecter avec précision des informations éparses et les combiner, permet de créer un « mapping », retraçant les liens entre les personnes suspectées et les mouvements de capitaux. Grâce à cette véritable cartographie des interactions, les insights engines permettent de trouver les traces laissées par les contrevenants, et de remonter ainsi la piste jusqu’à leurs auteurs.

Surveiller les réseaux sociaux pour traquer le crime organisé est fondamental dans le travail des services de renseignement. Ceux-ci s’appuient sur l’open source intelligence (OSINT), qui comprend tous les renseignements obtenus par des sources d’information publiques.

Les récentes attaques terroristes l’ont montré, être réactif est la clef d’une surveillance efficace. Pour cela, le monitoring, c’est-à-dire la surveillance des réseaux sociaux, forums de discussions, blogs et autres outils de communication digitaux, est un moyen essentiel pour pouvoir détecter des profils en voie de radicalisation et d’avoir un aperçu en temps réel de menaces potentielles. Il permet d’identifier des comportements représentant un danger pour la sécurité intérieure, et d’anticiper de futures attaques.

Aussi utilisées par les banques et assurances pour prévenir les risques financiers, les plateformes de cognitive search sont donc des outils indispensables à un traitement rapide et efficace des données. Pour un service de renseignement moderne, recourir aux meilleures technologies est vital, dans sa lutte contre le terrorisme, la fraude et le blanchiment d’argent. 

Autour du même sujet

Annonces Google