Sursaut d'Internet Explorer

D'une année sur l'autre, la part d'Internet Explorer reste traditionnellement marquée par un franc recul. Déclin qui s'effectue principalement au profit du navigateur de la fondation Mozilla, Firefox, et dans une moindre mesure de Safari. Opera et Netscape - ce dernier étant condamné à la disparition - restent ancrés autour de 0,3 et 0,4%, malgré une hausse de 0,1% sur un an.

Les évolutions sont plus significatives d'un mois sur l'autre, puisque IE regagne 1,5% par rapport à avril, tandis que Firefox cède 0,6%. Cette fluctuation peut toutefois s'expliquer par une variation saisonnière propre au mois de mai. Microsoft devra confirmer dès juin.