Pascal Voirand (Salesforce) "Les services IA d'IBM et Salesforce cibleront les multinationales et les PME"

Les deux groupes s'unissent pour proposer des applications business basées sur une combinaison de leurs solutions Einstein et Watson. Explications avec le vice-président Europe du Sud des canaux et des partenariats de Salesforce.

JDN. Salesforce et IBM vont prochainement offrir à leurs clients des services communs combinant leurs solutions respectives d'intelligence artificielle Einstein et Watson. Pourquoi ce partenariat ?

Pascal Voirand, vice-président Europe du Sud des canaux et des partenariats de Salesforce. © Salesforce

Pascal Voirand. Nous avons décidé de profiter de la forte complémentarité de notre programme d'IA avec celui d'IBM pour adresser des recommandations plus pertinentes à nos clients, accélérer leur prise de décision et in fine le succès de leur business. La solution Einstein de Salesforce, présentée en septembre 2016, est transversale : elle brasse les data CRM de multiples secteurs d'activité. Nous allons combiner cette intelligence avec Watson, qui a été entrainée avec des données différentes dans de nombreuses branches métiers.

Quand, où et à quels tarifs seront lancés vos premiers services communs ?

Notre offre sera lancée à l'échelle mondiale cette année. Les prix ne sont pas encore publics. Je peux simplement vous confirmer que ces applications seront disponibles dans le cloud en échange du paiement d'un abonnement, comme tous les produits que commercialise Salesforce depuis sa création il y a tout juste 18 ans (l'éditeur a été créé le 8 mars 1999, ndlr).

D'ici une vingtaine de jours, nous lancerons IBM application integration suite for Salesforce, un outil d'intégration qui permettra de connecter et de faire travailler notre plateforme d'IA avec celle d'IBM. Nous déploierons ensuite autour de la mi-2017 IBM weather insights for Salesforce, une solution qui mêlera les données CRM des clients rendues intelligibles par Einstein avec des informations météorologiques analysées par Watson, via The Weather Company, filiale de Big Blue spécialiste du traitement de données météos.

Quels bénéfices concrets ces services apporteront-ils aux entreprises clientes ?

"Pour lancer le mouvement et signer nos premiers contrats, nous pouvons compter sur une base de 5000 clients communs, qui ont déjà fait confiance à nos deux entreprises"

Concentrons-nous par exemple sur notre future offre IBM weather insights for Salesforce. Avec un programme de ce type, les assureurs auraient par exemple pu prévenir le week-end dernier leurs clients tricolores vivant dans l'ouest de la France que de violentes rafales de vent étaient à prévoir et qu'il leur était recommandé de ne pas prendre leur voiture ou de réduire leur vitesse de circulation sur les routes. Nous pourrions même imaginer que cette solution soit intégrée directement par un constructeur automobile à ses véhicules. Ces outils IA permettront à nos clients d'offrir à leurs propres acheteurs des services toujours plus personnalisés.

Dans le monde du retail, cette application d'intelligence artificielle pourrait permettre aux groupes de grande distribution de prévoir à l'avance les pics de chaleur et la forte augmentation de la consommation de soda et de bière qui les accompagne.

Les services d'IBM sont historiquement plutôt destinés aux grands groupes. Cette offre combinée ne ciblera-t-elle que les mastodontes ou pourrait-elle également intéresser des PME ?

Comme notre programme Einstein, qui s'adresse à des sociétés de toutes tailles, les services qui seront créés à partir de ce partenariat pourront être utiles à des géants du Cac 40 comme à des PME et même des TPE. Développer des offres qui s'adressent à des entreprises de tous les calibres fait partie de l'ADN de Salesforce, c'est l'une des caractéristiques qui explique l'adoption large de nos solutions par les pros.

Comment des TPE ne comptant qu'un nombre restreint d'acheteurs pourront-elles utiliser des outils d'intelligence artificielle qui doivent être abreuvés d'un nombre suffisant de data pour être opérationnels ?

"Notre offre sera lancée à l'échelle mondiale cette année, ces applications IA seront disponibles dans le cloud en échange du paiement d'un abonnement"

Il est vrai que certaines petites sociétés ne disposent que d'une faible quantité de données clients directes à fournir à nos applications IA. Mais Einstein et Watson ne se nourrissent pas seulement de data internes à l'entreprise : la solution d'intelligence artificielle de Salesforce peut par exemple traiter des informations non structurées issues des réseaux sociaux pour aider un petit artisan du secteur de la mode à comprendre quelles sont les dernières tendances et à fabriquer des vêtements ou des sacs à mains qui feront rêver les consommateurs. Watson est de la même manière capable d'apporter et de traiter des données sectorielles qui peuvent être utiles à des TPE ou à des PME.

De quels secteurs économiques viendront vos premiers clients ? 

Il est hors de question de nous limiter à un ou deux domaines d'activités, nous n'avons pas d'œillères. IBM a acquis tout au long de son histoire une connaissance fouillée de nombreuses verticales métiers, de la grande distribution à la finance en passant par la santé. Big Blue a par exemple créé en France une joint-venture avec BNP Paribas. Le groupe travaille également avec le Crédit Agricole et le Crédit Mutuel. Il a une bonne connaissance de la banque de détail que nous pourrions imaginer exploiter dans le cadre de ce partenariat.

Pour lancer le mouvement et signer nos premiers contrats, nous pouvons compter sur une base de 5 000 clients communs, qui ont déjà fait confiance à nos deux entreprises. Mais nous comptons en séduire de nombreux autres.

IBM / Salesforce