Comment Microsoft ouvre son Office Graph

Comment Microsoft ouvre son Office Graph Comme Facebook, Office 365 dispose désormais de son graph social. A l'occasion de la Build, Microsoft a expliqué comment d'autres éditeurs allaient pouvoir l'exploiter.

"Nous entrons dans l'ère de l'Office as a Platform", a lâché Satya Nadella, PDG de Microsoft, ce 29 avril lors de la conférence d'ouverture de la Build, l'événement du groupe américain à destination des développeurs. L'expression est loin d'être anodine. Alors qu'il était déjà possible de développer des extensions dans Office (versions Web, client riche et app mobile), la Build a été l'occasion pour Microsoft de confirmer l'ouverture complète de l'Office Graph, et surtout de mettre en avant quelques démonstration concrètes.

Réseaux sociaux d'entreprise et progiciels tiers vont pouvoir bénéficier de l'Office Graph

Cette évolution qui se traduit par deux SDK (actuellement en bêta) introduit la possibilité pour une application tierce d'accéder à 100% du graph de Microsoft. Un outil de réseau social d'entreprise ou plus prosaïquement un progiciel d'un autre éditeur pourra ainsi en exploiter les données : savoir qui a ouvert quel document, ou lu quel mail, identifier quel fichier ou contenu Office est rattaché à quel groupe de collaborateurs, cerner les actions sociales et collaboratives des uns et des autres réalisées via la messagerie ou l'outil de communications unifiées Lync... Naturellement, cet accès est entièrement sécurisé (via Active Directory), et filtré en fonction des droits dont chaque application et chaque utilisateur bénéficie.

Des contenus de CRM et ERP tiers intégrés via l'Office Graph à Office

Les applications d'entreprise vont ainsi pouvoir aller puiser dans les informations du graph Office pour pouvoir enrichir et automatiser certains processus. "Mais il est aussi possible de créer de nouveaux objets dans l'Office Graph pour l'enrichir et le personnaliser en fonction de ses besoins", ajoute Pierre Lagarde, en charge de l'équipe d'évangélisation de Microsoft France.

Ainsi des contenus d'autres logiciels ou services SaaS, des dossiers client Salesforce par exemple, pourront être introduits dans le graph pour bénéficier ensuite de ses capacités d'analyse sociale. Partant de là, l'Office Graph pourra répondre à toute une série de questions : qui a créé ou consulté tel ou tel dossier ? Avec qui a-t-il a été partagé ? Dans quel groupe ? Qui a travaillé sur les projets client correspondants ? Nombre d'informations qui pourront ensuite, en aval, être exploitées par d'autres solutions tierces. Ce pourra être le cas par exemple d'une application de gestion des connaissances qui, grâce à ces données, aura la capacité de cerner rapidement les meilleures ressources internes, en termes d'expérience et de compétences, pour répondre à une nouvelle opportunité commerciale sur un segment donné.

delve
Ici, Delve, la "digital workplace" de Microsoft, intègre une carte, au centre, dans laquelle apparait une opportunité commerciale issue de Salesforce. C'est un nouvel objet, ou type de contenu, qui a été ajouté via l'Office Graph, à Office 365. © Capture / JDN

Il est vrai qu'il était déjà possible de développer des extensions dans Office 365, à la fois pour la version Web et client riche de la suite (Office 2016), avec la capacité de recouvrir aussi les apps Office iOS et Android. Typiquement, il pouvait s'agir par exemple de synchroniser une feuille Excel et un puits de données sur un serveur SAP.

Mais l'Office Graph apporte des possibilités potentiellement plus importantes à l'écosystème Microsoft que cette "simple" intégration. Sur scène lors de sa présentation, Microsoft a notamment montré comment une application comme Uber pouvait exploiter l'Office Graph. "Sachant que vous avez un rendez-vous calé dans votre agenda dans une localisation donnée, Uber pourra vous proposer, quelques heures avant, de réaliser une commande de parcours, et pourquoi pas d'ailleurs vous le proposer via Cortana avec lequel il pourra aussi s'intégrer", commente Pierre Lagarde.

uber
Capture tirée de la démonstration de Microsoft sur l'intégration du service Uber à Office 365 et l'Office Graph (ici Uber apparait dans l'agenda de la suite). © Capture / JDN

Autre démonstration réalisée par Microsoft : l'intégration de contenus en provenance de SAP dans Excel (voir capture ci-dessous), ou encore d'opportunités commerciales Salesforce dans Office Delve. Présentée comme une digital workplace, ce dernier permet à l'utilisateur d'Office de bénéficier d'une classification automatique de ses contenus en fonction de son historique d'interactions sociales et de consultations de document. Grâce à cette intégration, l'opportunité Salesforce pourra ainsi apparaitre sur la console au même titre que les contenus Office natifs, et bénéficier des mêmes algorithmes de classification. Une aide précieuse pour aller directement au but, et ne pas être pollué par des messages ou documents peu prioritaires dans un contexte de travail donné.

En tout cas, Microsoft semble avoir bel et bien répondu à l'appel des cabinets de conseil et experts en réseaux sociaux d'entreprise, au premier rang desquels Lecko en France, qui réclamaient l'ouverture de l'Office Graph (lire l'article : Microsoft doit ouvrir son Social Graph !). Et par la même occasion, Microsoft prouve encore une fois sa capacité d'innovation qui avait déjà été saluée par le même Lecko dans sa dernière étude annuelle (lire l'article : Comparatif des réseaux sociaux d'entreprise : la matrice 2015 de Lecko).

sap
Extension Excel pour SAP qui permet d'importer des données en provenance du progiciel dans une feuille de calcul. Un document qui pourra ensuite bénéficier de l'intelligence de l'Office Graph et de Delve. © Capture / JDN

Office

Annonces Google