PrestaShop : quel bilan après la restructuration ?

PrestaShop : quel bilan après la restructuration ? Après avoir traversé des difficultés en 2012, l'éditeur e-commerce Open Source aborde plus sereinement l'année. Une hausse de 25% du chiffre d'affaires est attendue pour le premier trimestre, et une importante levée de fonds se profile.

2012, Annus Horribilis pour PrestaShop. Après avoir traversé une grave crise l'ayant amené à se séparer du tiers de ses effectifs et essuyé les critiques liées au manque de stabilité de la version 1.5 de sa solution, l'éditeur e-commerce Open Source veut croire au rebond. Et cela semble sur la bonne voie. 

Sur l'année 2012, la progression du chiffre d'affaires a frôlé les 60%, tout proche des 6,5 millions d'euros que le groupe s'était ainsi fixés. 2013 s'annonce également sous de bons auspices avec une hausse prévue de 25% du chiffre d'affaires pour le 1er trimestre, aux alentours des 2 millions d'euros - contre 1,6 million d'euros lors de la même période l'année précédente.

Côté social, les coupes dans la masse salariale seraient désormais achevées, des recrutements étant même à l'ordre du jour - en particulier sur des profils expérimentés de développeurs. Le top management a également été renforcé avec l'arrivée d'un nouveau directeur des opérations Europe (COO) et la nomination d'un responsable des partenariats pour compenser le "départ" d'Edmonde Chiesa en novembre dernier, ancien pilier du groupe et en charge jusqu'alors de la direction commerciale. Sans compter l'entrée au conseil d'administration de Yohan Ruso, ancien directeur général d'eBay France.

PrestaShop 2.0 prévu pour juin 2014

"La tendance sur le 1er trimestre est très favorable, et contrairement à l'année dernière nous ne brûlons plus de cash", fait savoir Benjamin Teszner, directeur général de PrestaShop. "Nous avons atteint un point d'équilibre, et nous commençons à devenir rentable".

Mais le plus dur reste à faire. "De nombreux clients s'interrogent sur la pérennité de la solution et le business model de l'entreprise. Ils attendent des signaux forts de la part de PrestaShop, même si l'effet douche froide de la V1.5 est passé avec la sortie de la V1.5.3", explique Benoît Gaillat, consultant e-commerce et fondateur de Skeelbox.com.

"Nous voulons combattre le fléau de la complexité de PrestaShop" (Benjamin Teszner - DG de PrestaShop)

Pour répondre aux inquiétudes, l'éditeur compte actionner plusieurs leviers. Dont celui de donner davantage de visibilité sur sa feuille de route. Alors qu'une V1.5.4 de PrestaShop est prévue début avril et que d'autres évolutions mineures vont suivre, une V2 de PrestaShop est d'ores et déjà dans les tuyaux, avec une sortie calée pour juin 2014. Mais cette fois, pas question de réitérer les erreurs du passé.

"Nous ne comptons pas pour cette version faire la course aux fonctionnalités comme avec la V1.5, et nous allons nous concentrer sur trois aspects que sont l'ergonomie, l'expérience utilisateur et la facilité de prise en mains", promet Benjamin Teszner. Avouant que PrestaShop "s'est peut être égaré de son postulat initial", le directeur général de l'éditeur compte tirer parti des récents travaux menés avec PrestaBox, son offre d'e-commerce en mode SaaS, et en faire profiter sa solution historique. Mais pas seulement.

Vers une levée de fonds pour booster le développement

Ainsi, il compte plus que jamais associer les utilisateurs au développement de PrestaShop 2.0. Comment ? En tenant compte de leurs avis et remarques via un tout nouveau club utilisateurs, et en réalisant des sessions qui prendront la forme de focus groupes qualitatifs. "Nous voulons combattre le fléau de la complexité de PrestaShop, et nous n'allons pas nous entêter à développer des fonctions utilisées par une très petite partie de notre base de clients", assure Benjamin Teszner.

Armé de bonnes intentions, PrestaShop veut même se doter de nouveaux moyens financiers pour assurer son développement, et compte ainsi sur une levée de fonds de plusieurs millions d'euros dans les mois à venir.

Levée de fonds / Open source

Annonces Google