Des budgets figés

Pour les RSSI, il demeure toujours complexe d'évaluer la part du budget informatique allouée à la sécurité. Ainsi 30% d'entre eux ne sont toujours pas en mesure d'en faire une estimation. La sécurité reste quoiqu'il en soit une dépense faible prélevée sur le budget informatique.

Pour 49% des entreprises interrogées, la part allouée à la sécurité est en effet comprise entre 6% et moins de 1%. 21% d'entre elles consacrent cependant plus de 6% à des opérations liées à la sécurité. En termes d'évolution des budgets, le Clusif relève aussi une stagnation entre 2006 et 2007.

Le secteur des services, banques et assurances fait toutefois exception. 28 % des entreprises de ce secteur ont ainsi noté une augmentation de plus de 10 % de leur budget. Parmi les raisons invoquées pour expliquer le freinage des budgets, les deux premières citées sont les contraintes organisationnelles (36%) et le manque de budget (35%).