La France, 7ème pays le plus émetteur de spam en 2010

La part des courriers non-sollicités dans le trafic mondial des e-mails peine à reculer. Le démantèlement des réseaux de spam a participé au recul du volume mondial de messages électroniques.

Spécialiste des services managés de protection de la messagerie, Secuserve a livré son panorama annuel des menaces par e-mail en France pour 2010, et ses perspectives 2011. Une étude basée sur l'analyse du trafic de messagerie de plus de 2 000 sociétés à 90% françaises.

Si le volume d'échange de messages a chuté de 50%, passant de 317 messages par jour et par utilisateur en 2009, à 167 en 2010, l'étude explique ce phénomène par le démantèlement de plusieurs grands réseaux de spams (Botnets Mega-D, Waledac ou Spamlt.com).

Dans son panorama, Secuserve donne également son palmarès des principaux pays émetteurs de spams sur l'année écoulée. En première place, on trouve les Etats-Unis, suivis par le Brésil, la Russie et l'Inde et le Vietnam, puis en sixième position la Grande-Bretagne, la France (septième), l'Allemagne (huitième), l'Italie (neuvième) et la Roumanie (dixième).

"La tendance observée durant l'année 2009 se confirme, les spammeurs continuent à abandonner leurs bastions historiques, les Etats-Unis ayant un pourcentage d'e-mails valides de 6,34%, le Royaume-Uni de 4,18%, l'Irlande se démarquant avec un taux de 8,01%", peut-on cependant lire dans l'étude.

La montée en puissance des réseaux sociaux pour propager les menaces est pointée du doigt

Globalement, la part du spam dans le trafic de la messagerie peine à reculer sensiblement. Elle passe de 96,16% en 2009 à 95,68% en 2010 (-0,48 point).
La montée en puissance des réseaux sociaux en tant que plates-formes privilégiées pour propager des menaces (virus, vers, phishing...) s'est par ailleurs confirmée l'année passée. Sans compter la recrudescence de spams incitant les utilisateurs de ces réseaux sociaux (Facebook, Twitter...) à réinitialiser leurs comptes. Secuserve précise cependant que les botnets et autres réseaux de PC zombies sont et resteront en 2011 le mode de propagation principal.

"La forte tendance des entreprises et des grands comptes à s'orienter vers le modèle SaaS et le Cloud Computing pour gérer la sécurité des e-mail et leur messagerie, s'est confirmée sur 2010, et ce phénomène va encore s'accroître en 2011", indique par ailleurs Stéphane Bouché, directeur général de Secuserve.

Avant de conclure : "Pour que le Cloud soit un succès, il est très important que les entreprises étoffent leur maturité, et renforcent leurs critères de sélection, notamment dans le domaine de la confidentialité des données, de la sécurité, des sauvegardes, de la localisation des données et de la réversibilité. Le seul moteur financier ne peut justifier le SaaS si les niveaux de service garantis ne s'accroissent pas."

Réseaux / Spam