SMX Paris : 2015, année de l'App Indexing

SMX Paris : 2015, année de l'App Indexing Faire remonter du contenu d'app mobiles dans les résultats de Google est désormais possible sur Android, et bientôt sur iOS. Lors du SMX, le retour d'expérience de SeLoger a été partagé.

2015 est l'année de l'App Indexing. Cette affirmation était le nom d'une conférence organisée lors du SMX Paris 2015, qui s'est tenu ces 8 et 9 juin. Deux intervenants, Paul Colombo, responsable SEO de Seloger, et Alexandre Jubien, consultant en stratégie mobile chez Think Mobile, ont pu y aborder ce nouveau levier de visibilité, qui permet de faire indexer les applications mobiles par Google. Des apps qui, en effet, commencent cette année à apparaître dans les résultats remontés sur les smartphones par le moteur de Mountain View.

Le "Deep Linking", un "puissant levier d'acquisition et de rétention"

A l'origine de cette possibilité : le "Deep Linking", qui permet à un lien de pointer vers du contenu à l'intérieur d'une app.

slide deep linking 300
Outils et frameworks utiles pour mettre en place le Deep Linking. © Slide de la présentation d'A. Jubien /SMX 2015

Ce lien peut se trouver sur une autre app, sur le Web, mais aussi être envoyé par mail, SMS, ou QR Code. Il peut même être partagé sur les réseaux sociaux. Si l'app n'est pas téléchargée, ce lien pourra pousser à l'installer. "C'est un puissant levier d'acquisition et de rétention. Car ces liens permettront d'augmenter le nombre d'installations de l'app, mais aussi de réengager les mobinautes qui ont déjà installé l'app", commente Alexandre Jubien, qui explique avoir bien pu profiter de cette technique, associée à du SEO, lorsqu'il était en charge du mobile chez Deezer. Lors du SMX, ce spécialiste a également pu partager une liste d'outils et de frameworks spécialisés dans le Deep Linking (voir ci-dessus).

App Indexing : le retour d'expérience de SeLoger

Chez SeLoger, la part du trafic mobile est en train de dépasser celle du desktop. Actuellement, 50% du trafic provient du desktop, et 50% provient des mobiles, dont 21% des applications mobiles. Mais la part du mobile progresse d'un point chaque mois... Un contexte dans lequel une stratégie "mobile first" prend tout son sens. C'est avec cette stratégie en tête que SeLoger s'est lancé dans l'App Indexing, une sorte de Deep Linking qui permet de faire indexer le contenu d'une app par Google. Conséquence : Google peut faire remonter dans ses résultats un lien qui ouvre directement l'application si elle a été installée. Pour l'instant, c'est seulement possible sur Android, mais cela arrive sur iOS.

C'est Google qui a proposé à SeLoger de mettre en place l'App Indexing.

Souvent, mais pas toujours, un logo bien visible accompagne ces résultats un peu spéciaux qui permettent de basculer directement des résultats de Google à l'application mobile. "Ce logo est un Rich Snippet qui améliore la visibilité dans les résultats, et donc le taux de clic, un peu comme pouvait le faire précédemment la photo des auteurs", compare Paul Colombo.

C'est en fait Google qui a proposé à SeLoger de mettre en place l'App Indexing. Le moteur avait déjà déployé l'App Indexing outre-Atlantique, et cherchait des sites bien connus en France pour tester le procédé, en vue du déploiement dans l'Hexagone. Plusieurs sites d'envergure se sont ainsi vu contacter par Google. Du coup, lors du lancement en France l'année dernière, plusieurs noms, comme Marmiton ou l'Equipe, ont pu être cités comme les premières apps françaises indexées.

Depuis, les autres sites intéressés sont invités à suivre les instructions de la documentation, complète et en français. "Ce n'est pas si compliqué", assure  Paul Colombo. "C'est d'ailleurs aussi ce qui peut motiver à se lancer" poursuit-il. Il admet également que les taux de clics peuvent être bons. Des statistiques sur l'impression de ce contenu d'app indexé, et sur les taux de clics obtenus, sont en effet communiquées par Google via ses Google Webmaster Tools.

Des ajustements techniques, côté applications, sont encore en train d'être réalisés chez SeLoger : la mise en place de l'App Indexing est donc toujours en cours. Il est de toute façon possible, voire parfois même conseillé, de choisir de ne faire indexer qu'une partie du contenu de l'app mobile. Le responsable SEO de SeLoger met d'ailleurs en garde, et déconseille par exemple d'implémenter l'App Indexing lorsque le contenu est différent sur le site web et l'app mobile. "La même qualité doit aussi être observée sur la version Web et sur l'app", recommande-t-il.

screenshot 2015 06 09 11 07 42
Pop-up pouvant apparaitre lorsqu'un mobinaute clique sur un résultat remonté par Google qui doit conduire vers du contenu d'app indexé © Google

Le message pop-up qui demande comment continuer (avec Chrome, le navigateur par défaut, ou avec l'app, voir illustration ci-contre), peut aussi poser quelques problèmes. Il peut décourager le mobinaute d'aller au bout. Ce mobinaute peut aussi ne pas choisir l'app, et même demander à ce que ce choix perdure implicitement "toujours". Difficile, enfin, de savoir comment le trafic venant de cette pop-up apparaitra dans l'outil de Web Analytics (est-ce du trafic organique ou direct ?).

Reste que l'App Indexing a toujours un bel atout pour attirer les apps. Fin février, en annonçant la mise à jour mobile-friendly, Google a en effet clairement expliqué que "les informations issues des app indexées" étaient devenues un facteur de classement des résultats, et qu' "en conséquence, le contenu des apps indexées allait pouvoir être plus visible dans les résultats".

Google / Android

Annonces Google