Droit à l'oubli : Google va mettre en place un outil

Un procédé semi automatisé va être mis en place par Google pour traiter les demandes de droit à l'oubli.

Google va mettre en place un outil suite à la décision de la cour européenne de justice, qui a accordé cette semaine un certain "droit à l'oubli" aux Européens - c'est-à-dire plus précisément le droit de ne plus apparaître sur des résultats de recherche. Les internautes devront donc pouvoir profiter de ce droit à l'oubli, et demander à Google de modifier certains résultats remontés par son moteur.  

"Ils nous ont promis de mettre en place d'ici deux semaines un procédé qui permettra de déposer la  plainte", a affirmé au Wall Street Journal Ulrich Kühn, un responsable de la CNIL allemande. Il a cependant précisé que Google ne savait pas encore très bien comment ce système allait marcher, mais il imaginait qu'il allait fonctionner d'une manière similaire aux procédés que Google a déjà mis en place pour demander de retirer de ses résultats les liens pointant vers du contenu piraté. C'est-à-dire en mélangeant des procédés automatisés, et des examens "manuels", réalisés par des spécialistes juridiques.

De son côté, Google a été plus flou qu'Ulrich Kühn, et l'un de ses porte-parole s'est limité à dire que Mountain View allait étudier "dans les prochaines semaines" ce qu'implique cette décision juridique, dont les conséquences pouvaient être "compliquées" à mettre en place.

Google