Comment optimiser le référencement de ses images dans Google

SEO pour Google Images Bien positionner une image dans les résultats de Google peut apporter un trafic intéressant. L'expert en SEO Sylvain Richard donne ses astuces pour y parvenir.

Google fait parfois remonter très haut, dans la recherche universelle, un bloc d'images. Il peut donc être intéressant de vouloir bien référencer les images d'un site. D'autant que certains internautes peuvent aussi parcourir le moteur vertical Google Images avant d'acheter. "Cela peut notamment arriver pour des vêtements, des bijoux ou des meubles", a pu, par exemple, constater l'expert SEO Sylvain Richard, de l'agence web AxeNet.

 

L'attribut alt

Le fameux attribut alt qui doit donner une alternative textuelle à l'image et que Google conseille de bien renseigner, est-il le levier le plus important pour optimiser le référencement des images ? Pas forcément, pour Sylvain Richard. "De nombreuses images qui arrivent en tête des résultats n'ont pas d'attribut alt correctement renseigné", fait-il valoir. "Le contenu textuel proche de l'image, comme sa légende, mais aussi le rédactionnel sur la page et les balises Title ou Hn qui s'y trouvent peuvent être plus importants encore. La thématique du site peut également impacter le positionnement de l'image", ajoute cet expert.

Ce dernier invite cependant tout de même à bien remplir cet attribut, notamment car il peut aussi aider le référencement de la page sur laquelle se trouve l'image. Pour cet attribut, il prône un texte court, rassemblant les mots clés qui représentent l'image de manière simple. Par exemple : "smartphone Samsung". Sylvain Richard rappelle qu'"il ne faut pas oublier que l'attribut alt doit décrire la photo avec des mots, comme s'il fallait la décrire à un aveugle".

Quant au nom du fichier de la photo, apparaissant également dans le code source d'une page, "c'est l'un des facteurs qui peut aider, même s'il n'est pas du tout décisif", précise le consultant. En revanche, Sylvain Richard ne croit pas à l'efficacité de l'optimisation du Title de l'image pour améliorer le référencement de celle-ci. "Toutefois, si l'image pointe vers une page, cette page pourra être positionnée sur le Title de l'image", a pu s'apercevoir le consultant.

 

Backlinks et taille de l'image

Evidemment, les backlinks, internes ou externes, pointant vers l'URL de l'image (plus encore que vers la page contenant l'image) peuvent aussi constituer un levier, comme dans le référencement d'une page classique.

Dernier facteur utile pour optimiser les chances de bien positionner une image : privilégier les images de grande taille. "Plus elles sont grandes, plus elles ont des chances de bien se positionner ensuite", a pu observer Sylvain Richard. "300 pixels peuvent suffire, mais cela dépend aussi de la concurrence. Il faut cependant aussi que l'image ne soit pas trop lourde, et donc essayer trouver le bon équilibre entre qualité, taille et poids".

 

Des failles dans l'algorithme

En optimisant tous ces aspects, il est donc possible d'apparaître très haut dans Google... et ce, sans même que le contenu de l'image soit en rapport avec la requête. Pour prouver à quel point Google est aveugle, et que le contenu de l'image a peu d'influence comparé aux autres facteurs évoqués précédemment, Sylvain Richard a pu très bien positionner une image d'Adriana Karembeu sur la requête "pizza aux anchois".

 

pizza aux anchois seo
Sylvain Richard a pu faire remonter une image qui n'avait aucun rapport avec la requête. Ici, Adriana Karembeu, sur la requête "pizza aux anchois". © Google - capture

Une autre faille peut être exploitée de manière beaucoup plus maligne. Elle se base sur le "hotlinking", qui consiste à utiliser la photo d'un tiers sur son site. En dérobant ainsi une image issue un site d'autorité (.edu, .gouv, etc), il est possible de remonter très haut dans les résulats.

C'est grâce à ce levier, et quelques autres expliqués en détail, que Paul Sanchès a par exemple réussi à faire remonter son site seoblackout.com dans Google Images sur la requête "Barack Obama". A noter qu'il est assez facile, via le fichier .htaccess, de se prémunir contre de telles pratiques.

Ces deux manipulations ont été réalisées en avril 2009 pour la requête "Barack Obama" et en juin 2011 pour "pizza aux anchois". Google n'a visiblement pas corrigé ces failles, car ces mêmes requêtes font toujours remonter ces deux anomalies aujourd'hui.

Google / Référencement naturel