Microsoft ouvre son Windows Store à l'Open Source

Microsoft compte bien séduire les entreprises avec une boutique en ligne qui leur propose des applications sécurisées et même des solutions Open Source.

Bon nombre d'applications Open Source seront les bienvenues dans le Windows Store qui doit être lancé fin février, en même temps que la version béta de Windows 8.

Le contrat que doivent signer les développeurs pour diffuser leur application sur ce Windows Store leur permettra en effet de soumettre des logiciels Open Source, sous réserve qu'ils aient été approuvés par Open-Source Initiative (OSI). Cela ouvre la porte à la majorité des applications pensées pour les entreprises.  

Mais il y a une limite. En fait, entre les lignes, et sans les nommer directement, Microsoft fait cependant comprendre que les licences GPL ne seront pas autorisées.

 

Contourner le problème ?

 

Microsoft semble ainsi vouloir éviter un problème qui s'est posé récemment à Apple. Un développeur du logiciel de lecture de média VLC s'était en effet plaint que distribuer VLC sur les terminaux iOS, c'est-à-dire selon les conditions imposées par Apple, violait la licence GPL de VLC. VLC avait dû être retiré de l'AppStore d'Apple.  

"Les développeurs peuvent néanmoins contourner le problème, en diffusant les logiciels sous deux licences, ce qui nécessite cependant d'abord l'accord de tous les détenteurs du copyright du code source", rappelle le site H, spécialisé dans l'Open Source.

 

Rémunérations incitatives pour les développeurs

 

A noter que si Microsoft fait ici du pied à la communauté Open Source, l'éditeur avait également tenté de garnir au mieux sa boutique d'application en annonçant une rémunération plus intéressante pour les développeurs. A l'instar d'Apple, Microsoft prélèvera 30% des recettes issues de la vente d'une application, mais si cette dernière dépasse les 25 000 dollars de ventes, alors Microsoft abaissera sa taxe à 20%. Un geste que ne fait pas Apple.

 

Une boutique répondant aux attentes des entreprises

 

Microsoft a également bien précisé que les entreprises pourraient déployer leurs propres applications, sans passer par ce magasin. En outre, l'accès au Windows Store pourra être géré, refusé ou restreint par les administrateurs informatiques. 

L'éditeur de Redmond a aussi souligné qu'en cas de problème juridique ou de sécurité, il allait pouvoir effacer à distance les applications téléchargées sur son Windows Store. Google ou Apple ont déjà utilisé cette fonction, mais sur leur terminaux mobile iOS ou Android. Microsoft aura donc également cette possibilité, mais sur des PC.

Les conditions d'utilisation précisent cependant que Microsoft n'a aucune obligation de restituer les données générées par les applications modifiées ou supprimées. "Si le Windows Store, une de ses applications, ou un de ses contenus, est modifié, vos données pourront être définitivement supprimées", alerte l'éditeur dans les conditions d'utilisation du Windows Store.

Microsoft / Windows