Etre entrepreneur, c'est sexy ?

Les entrepreneurs, les créateurs de start-up semblent être dans certains milieux, assimilés à des chevaliers des temps modernes : courageux, toujours prêts à se battre pour défendre l'emploi, le dynamisme économique et parfois leur pays... J'avais du coup envie de m'arrêter un tantinet sur la question : au fait, en vrai, c'est vraiment très sexy de créer sa start up ?

J’ai eu le plaisir, depuis mes derniers écrits sur la création de start up en France, de recevoir un nombre assez incroyable de mails, de messages, de contacts en tous genres. Parfois amicaux, parfois moins mais en tout cas ! Des échanges passionnés, donc passionnants. 

J’ai également reçu bon nombre de messages de personnes caressant le doux rêve de créer leur start up, me demandant en gros de raconter si, être entrepreneur, c’était si sexy que ça. Waow ! Jolie question. Cette chronique pour leur répondre, pour partager avec eux le quotidien, d’une vie de Boss d’une start up. (Oui, ça c’est un premier truc génial : vous pouvez vous appeler comme vous voulez ! “Président Fondateur CEO & Associate” ? Vous pouvez !! Mais c’est ridicule.)

Tout d’abord, un peu d’humilité : je n’ai pas de conseils à donner, juste une expérience à partager. Avec vous. Et vous en ferez ce que vous voudrez. Car l’entreprenariat, c’est avant tout … vous. Oubliez le reste. Regardons-nous droit dans les yeux, vous faites cela pour vous. Que ce soit pour changer le monde, gagner beaucoup d’argent ou vivre la vie que vous voulez, soyons sérieux : vous voulez avant tout créer une boite pour vous, bel égoïste que vous êtes. 

Egoïste ? Bien sûr ! Quand vous voyez le risque, l’incertitude que vous faites planer sur votre famille, vos proches … sans parler du stress sous-jacent qu’ils doivent supporter, bien sûr qu’un entrepreneur ne pense qu’à lui ! C’est d’ailleurs pour cela qu’il survit.

Alors, Sexy, l’entrepreneur ? Regardez Steve Jobs ! Un asocial aux moeurs tellement étranges que son premier chef chez Atari lui a demandé de venir bosser seul, la nuit. Elon Musk ? Tellement compliqué de travailler avec lui qu’il a failli se faire virer de toutes ses premières boites par ses actionnaires. Et alors ? Je ne juge pas, et les respecte même : bien sûr qu’il faut être fou pour faire ce qu’ils ont fait ! Cela me sert juste à contrebalancer le mythe de l’entrepreneur hyper sexy. Car la réalité, est plus rude. 

Etre entrepreneur

Etre entrepreneur, c'est bien évidemment travailler, travailler encore son sujet, faire et refaire des business plan sur la comète ... mais au final,  être entrepreneur, c'est (surtout) poser un jour une planche sur des tréteaux, lancer une page blanche, et se retrouver le premier matin, et se demander la boule au ventre par où l'on pourra bien commencer. (et je vous le dis, vous n’en avez pas la moindre idée.)   

Etre entrepreneur, c'est croiser chaque jour une nouvelle personne qui vous dit “oui mais toi tu as de la chance, c'est formidable, tu es ton propre patron"  Sauf que, être entrepreneur, c'est aussi réaliser que vous êtes vous-même le pire patron que vous n'auriez jamais souhaité avoir : bien évidemment toujours sur votre dos, toujours là le soir, le week end... et cela ne s'arrête pas là, parce qu'il part aussi avec vous en vacances. (Ce qui est certainement d'ailleurs la raison pour laquelle ... vous n'en prenez pas, de vacances.)    

Etre entrepreneur, c'est réaliser qu'un stagiaire n'est pas si mal payé que ça, quand vous le payez vous même, avec votre propre argent. Ah, l’argent … être entrepreneur, c'est d'être considéré par le gouvernement comme un patron, par vos employés comme un patron, par vos amis et votre famille comme un patron ... mais comme un chômeur par votre banquier. Drôle de décalage. Bien le courage pour trouver un prêt immobilier. 

Et si vous pensez que je me plains, je me lève et m’inscris en faux : au contraire, tout cela m’amuse, finalement. Parce que c’est la vie que j’ai choisie, et c’est là le point important.  

Car être entrepreneur pour moi, c'est avant tout créer. Créer sa boîte, créer son produit, sa vie, son aventure, ses contraintes et ses plaisirs. Etre entrepreneur, c'est concevoir, imaginer, rêver, aller plus loin, bouger les lignes, n'en faire qu'à sa tête... tout simplement vivre à fond, pleinement. 

J’ai choisi cette voie : pourquoi m’en plaindre ? Bien sûr, il y aura toujours des impôts trop hauts, des lois trop contraignantes, des concurrents qui concurrencent trop et de la neige trop molle pour vous mais … what did you expect ? A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire paraît-il.

Créer sa start up, c’est réussir à créer dans un environnement compliqué. Ce sont les règles du jeu. Ne créez pas votre start up pour vous plaindre à tout bout de champ du monde qui vous entoure : la vie n’est pas forcément juste, petits caliméros, il va falloir faire avec ! Une seule maxime me semble juste :  “Ne retiens jamais ton effort : il y a toujours un moment où les autres abandonnent”.

Alors, sexy d’être entrepreneur ? Non, c’est horriblement dur, stressant, impliquant, déprimant mais ! beaucoup d’entrepreneurs choisissent cette voie car, ils y trouvent quelque chose, en fin de compte. Vous savez, c’est comme les marathoniens. Quel intérêt de courir pendant 4 heures et ne plus pouvoir marcher pendant une semaine après ? L’entreprenariat, c’est pareil. N’y allez pas pour les mauvaises raisons, car vous abandonnerez au 10e km.   

Lancez-vous pour le plaisir de créer, tout simplement, d’essayer de changer le monde ou même de gagner beaucoup d’argent … en tout cas d'avoir la conviction de pouvoir le faire... et la joie d'essayer, jour après jour.   

Bien sûr, tout vous tombera dessus, car tout est encore plus difficile que tout ce que vous pouvez imaginer. Mais si vous êtes fait(e) pour cela, si vous êtes assez fou(lle) pour ça (on y revient), alors vous en tirerez une énergie, un enthousiasme qui vous deviendra indispensable pour vivre, et vous ne pourrez pas faire autre chose. 
Alors oui, être entrepreneur, c’est sexy… pour certains. Etes-vous de ceux-là ?

Steve Jobs / DOUX