Cinq pépites Web dénichées par... Nicolas Celier, d'Alven Capital

Cinq pépites Alven Capital Voici cinq start-up dont Nicolas Celier, Partner chez Alven Capital, pense qu'elles ont un grand avenir devant elles.

photo nc 1 nb
Nicolas Celier, Partner chez Alven Capital. © S. de P. Alven

Dans une série d'articles, le JDN vous propose de découvrir la sélection des start-up les plus prometteuses, futures stars de demain, par les fonds d'investissements actifs dans l'hexagone. Nicolas Celier, Partner chez Alven Capital, est le premier à nous dévoiler ses cinq favorites.

 

 Bime Analytics

La start-up fondée en 2009 à Montpellier souhaite démocratiser les outils de Business Intelligence pour les entreprises. Pour Nicolas Celier, elle "représente la nouvelle génération d'outils de BI : cloud-based, web et mobile, ergonomique, hyper connecté aux principaux outils du web, modèle Saas sur abonnement, accessible aux grands groupes comme aux PME". En novembre 2013, Alven est montée à son capital à hauteur de trois millions d'euros.

Pourquoi l'avoir choisie ? Pour "son équipe de spécialistes de la Business Intelligence, technologie de pointe reconnue par Gartner & Forrester", mais aussi pour son "ADN 50% France, 50% US" (la société a ouvert une filiale aux Etats-Unis, à Kansas City) et le très large marché adressable de la start-up.

 

 Sézane

Imaginée par la créatrice parisienne Morgane Sézalory, la marque Sézane est vendue uniquement sur le Web, principalement sur son eshop. Toutes les collections sont produites et vendues en quantité très limitée, et promues grâce à une succession de ventes événementielles. "On assiste à un engouement de la blogosphère mode à son égard", souligne Nicolas Celier, avant d'assurer que "Morgane Sézalory a tout compris au Web". "La communication passe uniquement par les réseaux sociaux, les produits sont de qualité et originaux, et toutes les étapes se font sur le Web." La société est "déjà rentable", assure-t-il.

Pourquoi l'avoir choisie ? Pour "son équipe 100% mode et 100% web, son modèle totalement intégré (conception, fabrication, distribution et média) et pour sa 'special touch' qui rend addict".

 

 TapValue

Pour Nicolas Celier, la start-up est le "Criteo nouvelle génération". Une solution sans cookies de retargeting multi-devices géolocalisée basée sur des algorithmes qui  permettent d'associer de façon anonyme un utilisateur à tous ses objets communicants (PC, tablette, smartphone).

Pourquoi l'avoir choisie ? Encore une fois, pour son équipe, composée d'anciens de CibleClick et de Criteo qui connaissent le secteur comme leur poche, mais aussi pour la technologie et pour "le potentiel du marché porté par la forte croissance conjuguée de l'online advertising et  du mobile".

 

 ChicPlace.com 

Fondée en 2013, la start-up espagnole sélectionne des boutiques originales dans les capitales européennes –mais qui ne permettent pas encore à leurs clients de commander en ligne- et leur permet de proposer leurs produits sur sa marketplace... Et ainsi de gagner une visibilité internationale : le site est déjà présent en Italie, en France et en Espagne.

Pourquoi l'avoir choisie ? "Pour la 'scalabilité' du business model, et parce que la société est internationale depuis sa création."

 

 PayMium

Paymium est à l'origine d'une plateforme d'échanges de Bitcoin baptisée Bitcoin Central, régulée au niveau européen et gérée par un établissement de paiement. Elle permet à n'importe qui de disposer d'un compte de paiement reposant sur le Bitcoin et d'échanger des Bitcoin avec les devises classiques. "C'est l'acteur européen régulé de référence sur Bitcoin", commente Nicolas Celier. A sa tête, des "passionnés du Bitcoin de la première heure".

Pourquoi l'avoir choisie ? Parce que "le Bitcoin utilisé en tant que moyen de paiement distribué non intermedié est disruptif" et que Paymium "prend le marché à contre-courant, en tant qu'acteur régulé", mais aussi parce que la start-up est un leader européen et pour le potentiel de marché.

 

Créé en 2000, Alven Capital est un fonds de venture capital indépendant qui investit actuellement son fonds de quatrième génération, le FCPR Alven Capital IV, doté de 120 millions d'euros. Alven Capital a déjà cédé une quarantaine de participations et compte aujourd'hui environ 30 sociétés en portefeuille. Le fonds investit principalement en France et majoritairement dans le secteur internet, ainsi que dans les secteurs des média et de l'IT, hors santé et biotech. Le montant d'investissement initial est généralement de 1 à 5 millions d'euros et le fonds peut investir jusqu'à 10 millions dans une ligne de participation. Il lui arrive aussi d'investir en amorçage.

Diplômé d'HEC et d'un Master CEMS Università Bocconi (Milan), Nicolas Celier a commencé sa carrière au département Corporate Finance de Paribas à Paris puis à Hong Kong où il fut conseiller financier lors d'opérations de fusions & acquisitions dans les secteurs Media, Composants et Télécommunications. De retour en France en 2000, il co-fonde  Crédit Lyonnais Venture Capital, puis rejoint Alven Capital en 2005.

Alven Capital / Logo