L’Océan Indien, destination phare des entreprises digitales

Le digital a participé au développement croissant de la mondialisation de l’économie et de l’internationalisation des échanges de ces dernières décennies. Aujourd’hui, beaucoup s’accordent à dire que les entreprises digitales bénéficient et apportent beaucoup à ce secteur.

Les entreprises digitales créent de l’emploi par le biais de l’externalisation. Certains États l’ont bien compris et choisissent de miser sur ce domaine pour assurer leur développement, à l’instar des pays de l’Océan Indien. En créant un environnement favorable aux technologies et en ne lésinant sur aucune mesure, certains d’entre eux comptent bénéficier au maximum des avantages du numérique. Avec 40% de la population mondiale connectée par internet, la demande est élevée et les projets nombreux.

L’Ile Maurice, n°1 en Afrique

Classé au premier rang des pays africains par le Global Information Technology Report du Forum économique mondial en 2014, l’île Maurice a su exploiter les opportunités de l’ère numérique. 

  • coûts plus abordables pour accéder au réseau
  • mise en place de la fibre optique
  • formations dans le secteur informatique
  • un pays francophone

Ce sont des exemples de développement et de progrès réalisés par le gouvernement pour attirer encore plus d’investisseurs dans l’île. Certaines entreprises mauriciennes dont Esokia, spécialisée dans le développement web et mobile, ont su tirer profit de cette valorisation du secteur numérique, notamment celles spécialisées dans la création de sites Internet et d’applications mobiles

Madagascar sort de l’ombre

La Grande île est devenue une destination privilégiée pour les acteurs du numérique grâce à :

  • l’installation d’infrastructures modernes,
  • une main d’œuvre compétitive, francophone mais également
  • un bon niveau de formation.

Les politiques l’ont bien compris, ce secteur est porteur. Le gouvernement malgache a la volonté de rendre l’environnement juridico-fiscal plus incitatif, notamment pour les entreprises de développement informatique et du BPO au sens large. Les opérateurs locaux ou étrangers peuvent investir dans les domaines tels les parcs technologiques, les unités de fabrication et de montage de composants électroniques, d’ordinateurs et d’équipements de télécommunication, mais aussi les structures de télé services ou des sociétés de consulting filiale des multinationaux leaders mondiaux ou encore des centres de formation certifiante du TIC, etc.

L’innovation au cœur du numérique à la Réunion

L’île de Réunion mise sur l’innovation dans le secteur des nouvelles technologies. Au lieu d’essayer de rattraper le retard dans ce secteur, le conseil Régional a su modifier sa stratégie en mettant un plan d’action axées autour de  3 grandes priorités :

  • le Plan ordinateur portable (POP),
  • l’accès au haut-débit pour tous
  • et la mise en place d’une “Silicon Valley” européenne du Sud de l’océan Indien, à la Réunion.

Une récente étude d’IPSOS a montré l’importance prise par la filière TIC dans l’économie réunionnaise. À titre d’exemples, ce secteur pèse presque 2 milliards d’Euros. Du côté de l’éducation, tout est mis en œuvre pour inciter les étudiants à choisir la filière du numérique. La formation n’est donc pas en reste, tout comme le développement social. Dans le sud du pays, les personnes malvoyantes et aveugles ont accès aux nouvelles technologies grâce à un dispositif mis en place par le Conseil Départemental de la Réunion.

Annonces Google