Du retargeting produit au harcèlement de la personne

Le retargeting produit est une véritable préparation au harcèlement de la personne. C’est à dire qu’avant même de harceler, les acteurs du marketing et de la publicité digitale vont collecter tellement d’informations sur un internaute qu’elles vont être regroupées et classifiées afin de mieux identifier le profil de celles-ci et en déduire des informations basées sur ses actions via de la logique ou des calculs algorithmique.

Le principe du retargeting consiste à identifier une personne qui se rend sur un site Web et de lui ré-adresser les produits qu’elle a visionné pour la convaincre d’acheter.  Avec cette forme de retargeting, les marques sont « gommées » au profit de leurs produits, on est donc dans une logique fermée et dans l’incapacité de s’ouvrir à autre chose que ce que l’utilisateur a été voir en effacacant le pouvoir ou la magie de la Marque. On historise les données des personnes et on met en place une pression par la répétition « jusqu’à ce que Clic s’en suive », de gré ou de force. Le retargeting produit est une véritable préparation au harcèlement de la personne. C’est à dire qu’avant même de harceler, les acteurs du marketing et de la publicité digitale vont collecter tellement d’informations sur un internaute qu’elles vont être regroupées et classifiées afin de mieux identifier le profil de celles-ci et en déduire des informations basées sur ses actions via de la logique ou des calculs algorithmique. 


Une sorte de « flicage » et « de présomption de consommation » établi grâce à cette agglomération de données. Où va-t-elle ? Que fait-elle ? Quel âge a-t-elle ? A-t-elle des enfants ? Est-elle en couple ? Quel est son niveau de richesse ? A-t-elle une maison ? Ce sont autant de questions qui permettent de reconstruire le profil d’une personne. J’en passe même sur tous les éléments qui sont interdits : sexualité, religion ou toute info que l’internaute n’a pas envie de donner…Cela implique que les marques rentrent dans l’intimité des internautes sans leur consentement réel pour essayer de leur dire « On vous connaît tellement bien que l’on sait que ces produits sont faits pour vous » avec plus ou moins de pertinence.

Via Google Analytics, les données des internautes peuvent être collectées pendant 50 mois, c'est énorme ! 

La publicité se doit d'être la plus contextuelle possible et se limiter aux informations émises directement par l'internaute afin de se mettre au service de l'utilisateur plutôt que de lui imposer des sévices. 

Si la publicité devenait plus "servicielle", elle profiterait d'autant plus à l'utilisateur qu'à la marque et renforcerait la relation entre ces deux acteurs.

Annonces Google