Les objets connectés, une nouvelle opportunité pour le secteur bancaire

Le marché des objets connectés est en plein essor, avec une croissance de 31,4 % au quatrième trimestre de 2018 des wearables, selon les chiffres de l'International Data Corporation. Il s’agit d’une formidable opportunité pour les banques, appelées à révolutionner ce secteur au cours des dix prochaines années.

On entend par "mobile" les appareils à technologie intégrée conçus pour être portés plutôt que transportés. Ils appartiennent à l’Internet des objets, une technologie en croissance rapide. En 2017, 127 nouveaux appareils IdO se connectaient à Internet toutes les secondes. Business Insider estimait alors qu’il y aurait plus de 64 milliards d’appareils IdO dans le monde en 2025. Il y a alors un véritable potentiel économique. C’est un écosystème fertile et riche pour les usages bancaires.

Une multitude de possibilités

Si les objets connectés offrent d’ores et déjà des fonctionnalités faciles à utiliser comme les paiements, de nouvelles seront bientôt disponibles dans un avenir proche. Voici les nouveaux services que les consommateurs utiliseront dans le futur.

  • Paiements : La technologie CCP (Communication en champ proche – Near Field Communication en anglais) permet aux consommateurs de payer par exemple leur café, en plaçant simplement leur montre connectée près d’un terminal NFC en caisse. On estime que les opérations portables représenteront environ 20% de toutes les opérations mobiles d’ici à 2020, pour un volume total de transactions estimé à plus de 500 milliards de dollars.
  • Notifications et alertes : Les accessoires connectés, en particulier les montres, permettent aux banques de communiquer instantanément avec leurs clients de la façon la plus fiable qui soit. Ils peuvent recevoir toutes sortes de notifications, telles que leur solde disponible ou leur possibilité de découvert. Qui plus est, ils pourraient permettre aux banques de parfaire les processus antifraudes. Plutôt que de bloquer automatiquement les transactions suspectes, dont certaines peuvent être justifiées, elles peuvent contacter leur client en temps réel pour déterminer la bonne marche à suivre.
  • Demandes de renseignements et transactions : Les clients peuvent également interagir avec l’équipe du service client, transférer des fonds et effectuer d’autres transactions en temps réel, sans contrainte géographique.
  • Géolocalisation : Les objets connectés peuvent faire l’objet d’une géolocalisation, ce qui permettrait aux banques d’utiliser des fonctions pratiques, comme aider les clients à trouver le guichet automatique le plus proche. Se profilent ainsi de nouveaux modèles économiques moins conventionnels, comme les partenariats avec des retailers ou commerçants, où une banque ouvre son canal de communication aux messages marketing.
Entre capacités et défis

Pour y parvenir, les solutions bancaires mobiles devront autant faire leurs preuves que les celles déjà disponibles sur smartphones. Cela signifie offrir la plupart des fonctionnalités d’un smartphone, mais avec plus de commodité. Voici quelques questions que les banques doivent se poser pour concevoir les meilleures solutions possibles :

  • Quel est l’ensemble des fonctionnalités ? Point à travailler attentivement afin de concilier d’une part les attentes des consommateurs et les pressions de la concurrence, avec les coûts et le temps nécessaire pour en tirer profit, d’autre part.
  • Quelle astuce pour faire fonctionner l’interface ? Les interfaces utilisateur vocales seront très utiles. Elles éliminent le besoin de brancher les données sur un smartphone, un processus qui peut paraître fastidieux pour de nombreux utilisateurs. Pourra-t-on adapter le système téléphonique existant — du moins à court terme — ou les banques doivent-elles passer directement aux chatbots ?
  • Et en matière de sécurité ? De par leur nature même, les gens utiliseront les technologies portables dans des espaces publics — où la sécurité du réseau n’est pas garantie. Pour cette raison, les banques doivent s’assurer que toutes les données, y compris le PIN et les détails du compte, soient cryptées. De plus, les clients devraient être en mesure d’effacer à distance toutes les données en cas de perte de leur appareil.
De l’avantage compétitif aux enjeux commerciaux

À l’heure actuelle, les services bancaires disponibles sur les objets connectés n’en sont qu’à leurs débuts, et les banques qui peuvent les offrir obtiendront probablement un avantage sur leurs concurrents — à condition que leur offre fonctionne bien, soit facile à utiliser et sécurisée. Dans un avenir relativement proche, cependant, ces derniers deviendront des enjeux de taille pour l’industrie. En fin de compte, le développement d’un produit réussi posera de grands défis, les résultats en vaudront l’investissement.

Les objets connectés, une nouvelle opportunité pour le secteur bancaire
Les objets connectés, une nouvelle opportunité pour le secteur bancaire

On entend par "mobile" les appareils à technologie intégrée conçus pour être portés plutôt que transportés. Ils appartiennent à l’Internet des objets, une technologie en croissance rapide. En 2017, 127 nouveaux appareils IdO se connectaient à...