Apprendre avec un chatbot, ça marche ?

Les chatbots proposent de nouvelles modalités d’apprentissage intéressantes. Sans remplacer le professeur, ils peuvent jouer un rôle d'assistant de formation. Et ce n'est que le début.

Que ce soit pour la réservation d’un voyage en ligne ou simplement pour une aide à la navigation sur un site Web, vous avez probablement déjà eu affaire aux chatbots. Avec une interface minimaliste faisant la part belle au dialogue entre la personne et la machine, ils se multiplient et jouent des rôles de plus en plus importants dans des processus aussi classiques que la vente, l’accompagnement ou la récupération d’informations. Cependant, beaucoup reste encore à explorer et inventer, notamment dans l’éducation.

Dans un scénario d’apprentissage en ligne, il existe plusieurs manières de faire intervenir un chatbot Concrètement son intervention peut se traduire par des messages proposant de continuer la leçon ou des rappels d’éléments déjà vus, en suivant la théorie du spaced learning (une méthode d’apprentissage proposant du contenu dense répété plusieurs fois, mais séparé d’activités distractives). Il peut également, via la création de scénarii d’apprentissage, proposer des mises en situation pratiques. Les cas d’utilisation sont nombreux avec un réel impact sur l’engagement des apprenants. Dans l’univers des jeux vidéo, l’expérience est rendue encore plus immersive avec des bots à même de développer leur propre personnalité jusqu’à créer une relation proche du réel avec le joueur. C’est peut-être dans ce que le jeu vidéo nous apprend sur les relations hommes-machines que l’avenir du chatbot dans l’éducation se dessine. D’ailleurs, selon le futurologue Thomas Frey, l’avenir de l’éducation et de la formation dépendra de l’intelligence artificielle et plus généralement des robots !

Le robot conversationnel trouverait aussi sa place dans un rôle de support, d’assistanat dans l’apprentissage. Devant un nombre important de questions posées sur les forums en ligne (plus de 10 000 messages pour 300 apprenants) et l’incapacité d’y répondre à toutes, le professeur Ashok Goel de l’université de Georgia Tech aux États-Unis a développé un assistant pédagogique robotisé pour répondre instantanément aux questions des élèves. Ashok Goel et son équipe parviennent maintenant à soutenir un taux d’engagement élevé sur la durée de la formation, grâce à cet assistant artificiel pouvant aussitôt "débloquer" les élèves en difficulté.

Sans remplacer le professeur, le robot peut se placer comme expert sur un sujet en particulier, toujours disponible. Pour apprendre une langue par exemple, il peut se présenter comme un expert de la langue que l’on souhaite apprendre, ludique et proposant des objectifs journaliers ou des gains d’expérience en fonction des réponses de l’apprenant (cf. les bots de Duolingo). Ce dictionnaire conversationnel, expert dans l’idiome choisi, permet à l’élève de s’entraîner quand il le souhaite, ainsi complétant le professeur qui délivrera les véritables cours. En s’adaptant aussi, et en proposant des retours sur les leçons et les réponses de l’élève, le robot conversationnel peut être d’une grande aide dans l’apprentissage. Actuellement, nous observons la recherche d’un juste équilibre entre le professeur, l’humain pouvant rassurer des élèves en difficultés ou étendre l’enseignement, et l’algorithme, le robot pouvant suivre et accompagner l’apprenant dans sa démarche. Soit concilier intelligence humaine et intelligence artificielle pour que l’apprentissage ait un maximum de valeur pour l’élève, en permettant également à l’intelligence artificielle de soutenir le travail du professeur.

Ces scénarii permettent d’identifier des points cruciaux pour qu’un chatbot puisse, et surtout continue d’être efficace dans l’apprentissage. Pour un robot-expert, il faut constamment le nourrir de nouveaux contenus. Pour un robot-pédagogue, c’est le machine learning qui va lui permettre d’être efficace, en améliorant sa capacité d’adaptation et ses approches en fonction des réponses de l’élève. Les possibilités sont innombrables, mais le machine learning sera le point commun à toutes ces opportunités.

Au sein de l’univers des robots conversationnels en pleine expansion, l’éducation se retrouve être un terrain privilégié où il y a encore beaucoup à faire. Dans le digital learning, Coorpacademy propose par exemple une interface vocale sur Google Assistant, disponible via Google Home. Et ce n’est qu’un exemple du nombre de possibilités qui verraient, dans le processus d’apprentissage, les robots conversationnels soutenir le travail pédagogique de personnes bien réelles. Le tout avec pour objectif de stimuler et favoriser l’apprentissage. Pour Frey, la plus grande société de l’Internet dans le monde ne sera ni Apple, Google ou Facebook, mais une entreprise qui se spécialisera dans la formation qui n’existe pas encore !

Annonces Google