Clustaar lève 1,7 million d'euros pour propulser sa plateforme de chatbot

Clustaar lève 1,7 million d'euros pour propulser sa plateforme de chatbot La start-up française avance une solution en mode SaaS pour développer et déployer des agents conversationnels au service de la relation client.

Start-up française spécialisée dans les chatbots, Clustaar boucle son premier tour de table. A hauteur de 1,7 million d'euros, il a été réalisé auprès d'Alliance Entreprendre, Finorpa et Axeleo Capital – dont Clustaar était déjà membre du programme d'accélération. Fort de ce financement, la société entend booster la commercialisation de sa plateforme SaaS taillée pour développer et déployer des chatbots au service de la gestion de la relation client. Ses principaux secteurs cibles : les média et le retail.

Comme toute plateforme de bots qui se respecte, la solution de Clustaar est équipée d'une bibliothèque de skills pré-paramétrés. Elle recouvre différents cas d'usage de la relation client : suivi de commande, envoi d'actualités ou de promotions ciblées, FAQ… Sous le capot, l'environnement repose sur un moteur de machine learning conçu pour enrichir la base de questions-réponses au fur et à mesure des interactions. En aval, la conversation pourra, le cas échéant, être automatiquement basculée sur un conseiller physique.

Alexa en ligne de mire

"Avec notre plateforme, tout le monde peut construire un chatbot. Il suffit d'avoir une FAQ, et on peut démarrer très rapidement et créer une première version efficace. On peut bien sûr aller beaucoup plus loin, avec des connecteurs dédiés", précise Nicolas Chollet, cofondateur et responsable du développement produit de Clustaar.

Calmann-Lévy, Hachette, 20 Minutes ou encore la région Ile de France sont clients

De 25 salariés aujourd'hui (répartis entre Lille et Paris), Clustaar compte hisser ses effectifs à 40 employés d'ici la fin de l'année. L'entreprise recrute actuellement dans tous les domaines : R&D, vente et marketing. A l'occasion de sa levée de fonds, la jeune pousse annonce par ailleurs l'arrivée dans son comité stratégique de Philippe Laval, chief data officer du fonds Jolt Capital et fondateur du moteur de recherche Sinequa.

En termes de développement produit, Clustaar entend enrichir sa galerie de skills mais également son moteur de traitement du langage. Jusqu'ici centré sur la gestion des conversations textuelles, il sera bientôt étendu à l'univers du vocal. Objectif affiché : donner les moyens aux bots déployés sur la plateforme d'interagir via des assistants vocaux (Alexa, Google Home…).

Ambitions internationales

Sur le plan commercial, Clustaar a l'international en ligne de mire. Alors que son offre est d'ores et déjà dessinée pour prendre en charge l'anglais aux côtés du français, elle devrait être étendue à terme au support de l'allemand, de l'espagnol, de l'italien et du portugais. En vue de se lancer à l'étranger, la société du Faubourg Poissonnière pourra aussi faire valoir plusieurs références clients sur le terrain des bots : Calmann-Lévy et Hachette (pour des chatbots de marque), 20 Minutes (pour des chatbots éditoriaux) ou encore la région Île-de-France (pour un projet de chatbot web).

En parallèle de son tour de table, Clustaar annonce la création d'une nouvelle entité (baptisée Clustaar SEO & Data) dédiée à ses activités historiques de prestations en matière de search. Des services qui vont du SEO à l'optimisation de moteurs de recherche interne de sites web et pour lesquels Clustaar met également en avant un savoir-faire en matière de traitement sémantique et d'IA.

A lire aussi 

Intelligence artificielle / Bot

Annonces Google