La gestion des talents, un défi de taille pour la direction informatique

Dans le domaine des technologies de l’information, une guerre des talents est engagée. Charge aux directeurs des systèmes d’information de recruter les meilleurs éléments et de développer continuellement les compétences de leurs collaborateurs.

Le contexte concurrentiel actuel est rude pour les entreprises, a fortiori à l’ère du numérique où l’instantanéité est de mise. Dans le domaine des technologies de l’information particulièrement, une guerre des talents est engagée. Charge aux Directeurs des systèmes d’information (DSI) de recruter les meilleurs éléments et de développer continuellement les compétences de leurs collaborateurs… des enjeux hautement stratégiques pour l’organisation.

Pour aider à mieux comprendre les challenges RH auxquels les DSI sont désormais confrontés et les attentes qui en découlent, Cornerstone publie en collaboration avec le groupe CXP un livre blanc intitulé : « Les défis des responsables informatiques : attirer, fidéliser et former les collaborateurs ». Cette analyse, qui s’appuie sur les résultats d’une étude menée auprès de 30 directeurs des systèmes d’information en France et en Allemagne, dresse un état des lieux des enjeux, obstacles et opportunités que rencontrent aujourd’hui les DSI français et leurs homologues outre-Rhin. Principale conclusion de l’enquête : pour les DSI, la gestion des talents (c’est à dire le recrutement, la fidélisation et le développement de talents) est primordiale en ce sens qu’elle est source d’avantage concurrentiel pour les entreprises.

Priorité à la gestion des talents

Premier enseignement, en France, plus encore qu’en Allemagne, les DSI s’accordent sur l’importance primordiale de la gestion des talents. Rester à la pointe dans un contexte d’évolution permanente, gérer des prestataires externes, collaborer en interne ou en externe, ou fidéliser les collaborateurs… les défis sont pluriels et requièrent désormais, en plus d’une expertise technique, des compétences comportementales – les fameuses « soft skills ».  

Pour les aider à développer les compétences de leur équipe, les DSI comptent sur l’appui des RH. Pourtant, lors de la mise en œuvre d’une politique de gestion des talents, si plus de la moitié des DSI français évoquent une solide coopération entre services informatique et RH, 80 % des allemands déplorent au contraire un cruel manque de collaboration.

Même constat s’agissant du recrutement et de la fidélisation de personnel qualifié, le grand défi des DSI outre-Rhin. Dans ce domaine également, on évoque en Allemagne un faible soutien de la part des RH, contrairement aux français qui qualifient la relation de « satisfaisante ».

Organiser le dialogue IT / RH

DSI allemands et français s’accordent pourtant sur un point : le besoin d’une meilleure prise en compte par les RH de leurs besoins spécifiques en matière de gestion des talents. Un travail reposant sur trois axes. Une connaissance plus pointue des attentes et des profils de postes de la DSI permettrait en effet d’optimiser le recrutement de ses collaborateurs. Une reconnaissance de la fonction stratégique de la DSI dans l’entreprise revaloriserait le service. Enfin, une incitation à la coopération et à l’échange d’informations entre les départements devrait permettre de favoriser l’innovation.

Quant à la qualité des processus de gestion des talents mis en œuvre dans leur service, une majorité de DSI les jugent acceptables, voire satisfaisants. Côté ressources mises à disposition, les allemands estiment leurs outils et solutions informatiques souvent inadaptés. C’est qu’en dehors de la gestion du personnel, généralement prise en charge par un module ERP, les autres tâches comme l’évaluation des performances ou le développement du personnel sont encore gérées à l’aide de tableurs Excel. Comparativement, les services informatiques français sont mieux équipés en logiciels RH. Certains envisagent même leur remplacement au profit de solutions plus récentes pour améliorer notamment la gestion des formations, le recrutement et la gestion des carrières. Un investissement qui traduit une fois encore le caractère désormais prioritaire de la gestion des talents pour les DSI.

En conclusion, l’enquête recommande aux entreprises d’organiser un dialogue formel et régulier entre la direction des systèmes d’information et le département RH, de renforcer la politique de formation continue (particulièrement importante dans un domaine où chaque jour apporte une innovation technologique), et de faire preuve de plus de créativité dans le domaine de la gestion des carrières, par exemple en exploitant la puissance de l’analytique RH.

Annonces Google