De l’IoT à l’AIoT : vers une intelligence artificielle des objets

En quelques années, la donnée est devenue le carburant indispensable de notre économie, imposant des transformations rapides et profondes qui impactent les business models, tous secteurs confondus.

Si les entreprises placent désormais la donnée au cœur de leur chaîne de valeur, encore faut-il lui donner du sens. Quelle que soit la quantité de données accumulées, sans intelligence, la donnée ne vaut rien : si elle est aujourd’hui le carburant de notre économie, l’analytique en est alors le moteur.

La nouvelle économie de l’analytique

Les prochaines disruptions qui bousculeront l’ordre établi dans des secteurs aussi variés que la santé, la mobilité, l’énergie ou la sécurité trouveront toutes leur source dans la nouvelle économie de l’analytique, nourrie d’intelligence artificielle. C’est elle qui déploie partout ses capacités surhumaines : dans l’imagerie médicale, où elle peut diagnostiquer un cancer ou les premiers stades de la maladie d’Alzheimer mieux que n’importe quel radiologue ; dans les interactions en langage naturel, qui ont – ou vont bientôt – passer le test de Turing ; dans la gestion énergétique, où Google l’a exploitée pour faire baisser de 40 % la facture d’électricité de ses fermes de serveurs ; dans l’analyse de documents juridiques, où elle réalise en quelques secondes un travail qui réclamait des milliers d’heures à une armée d’avocats, etc.

L’IoT dopé à l’apprentissage et à la personnalisation

Considéré indépendamment, chacun de ces exploits est déjà impressionnant. Imaginez maintenant les prouesses possibles si tous ces systèmes étaient connectés les uns aux autres ! Nous en voyons les prémices dans l’IoT, qui représente aujourd’hui la forme la plus primitive d’une intelligence collective des objets. L’Internet des Objets est passé maître dans la collecte d’informations mais reste un apprenti lorsqu’il s’agit de personnalisation. Pour s’adapter en temps réel à une situation donnée, les appareils connectés doivent comprendre la valeur de l’information qu’ils recueillent et apprendre les uns des autres. Grâce à l’IA et l’analytique, ils prendront alors des décisions adaptées au sein de systèmes autonomes. Bienvenue dans l’AIoT, un monde d’intelligence artificielle des objets, où les voitures à proximité d’un accident réorienteront instantanément la circulation en amont, où un appareil qui distribue des médicaments comprendra les besoins du patient et ajustera par exemple la dose d’un voyageur asthmatique en fonction de sa destination et du taux de pollution qui y règne, et où une éolienne modifiera elle-même l’angle de ses pales en fonction du vent.

D’une phase de connexion à une phase de disruption

Aujourd’hui, les objets que nous utilisons dans nos maisons, nos bureaux, nos hôpitaux et nos usines sont en phase de connexion. En leur donnant des capacités d’apprentissage autonome et de personnalisation, l’IA les fera entrer dans une phase de disruption. Et seules les entreprises qui sauront exploiter l’intelligence des données en axant leur stratégie sur l’analytique tireront leur épingle du jeu.

En effet, la donnée brute n'est rien sans analyse, et nos clients nous le confirment tous les jours. Il est désormais indispensable pour toute entreprise de créer une culture des données plus fermement établie. Il ne s'agit pas seulement de collecter de la donnée, mais de l'utiliser de manière intelligente afin de changer la façon dont l'entreprise travaille où faire évoluer son business model. Dans un monde où les données irriguent de nombreux pans de l’économie, les entreprises ont besoin d'y accéder rapidement et facilement, et de puiser dans de multiples sources. 

Une étude menée par Accenture confirme l’impact positif de l’IA sur les activités des entreprises. Elle démontre que l’intelligence artificielle pourrait accroître de près de 38 % leur rentabilité d’ici 2035. Dans certains secteurs cette hausse pourrait même atteindre 60 %. Et plus les outils analytiques seront accessibles par les métiers, plus ces bénéfices seront élevés. Par exemple, l’analytique self-service et la visualisation de données qui se généralisent peu à peu dans les entreprises, leur permettent de s’affranchir de la carence d’experts de la data, en aidant les métiers à procéder à leurs propres analyses. Une autre étude de Deloitte va dans le même sens : 80 % des entreprises s’appuient aujourd’hui sur l’analytique pour supporter leur stratégie et 49 % considère que c’est le meilleur moyen d’améliorer les prises de décision.

Si l’IoT a ouvert la voie à d’innombrables innovations, c’est l’AIoT qui les concrétisera et qui transformera un océan de données en un monde d’intelligence.

Annonces Google