Et si la clé de la transformation des entreprises passait par le cloud hybride ?

Auparavant la taille d’une entreprise figurait souvent parmi les principaux avantages concurrentiels pour dominer un marché. Dans notre monde axé sur le cloud et l’exploitation des données, l’hyper flexibilité et une disponibilité instantanée dans les processus de travail passent désormais devant de toute notion d’échelle.

Si l’on schématise, pour rester compétitives et générer de la valeur ajoutée, les entreprises ne peuvent plus se contenter de cumuler et traiter toujours plus de données dans des data centers fragmentés. Elles doivent désormais repenser et moderniser leurs modèles opérationnels à travers un traitement plus dynamique et unifié de leurs maillages d’informations. En clair, pour réussir pleinement leur transformation numérique, les entreprises doivent être capables de maintenir, en temps réel et de façon flexible et sécurisée, un ensemble cohérent de services de données au sein d’environnements multi-cloud hybride.

A l’avant-garde d’une stratégie multi-cloud réussie

Présentée dans les prédictions pour 2019 du cabinet d’études Gartner* comme l’une des dix grandes tendances technologiques de ces prochaines années – autour plus précisément de cette idée que d’ici 2022, 90% des stratégies d’entreprises s’articuleront principalement sur les analyses de données – cette réflexion menée autour de la Data Fabric est comme une « vieille amie » chez NetApp.

Aujourd’hui, les DSI voient de plus en plus dans le cloud hybride leur modèle d’infrastructure préféré pour le stockage et la gestion de leurs données, avec la poursuite d’un objectif très clair. Passer d’une informatique « utilitaire », potentiellement lourde à administrer et en coûts, à une informatique facile d’utilisation et générant avant tout des revenus et des nouveaux marchés.

La réussite d’une telle entreprise tient d’abord sur un maître-mot : la flexibilité. Ou dit autrement la possibilité pour les sociétés, se lançant dans une démarche cloud hybride, de disposer de leurs ressources de calcul ou de stockage, de connectivité ou de sécurité, toujours au plus près des besoins du moment de leurs applications. Pour n’importe quel cloud au fond, une même expérience grâce à une facilité d’utilisation et une homogénéité de ton entre les environnements locaux et cloud !

Une « Data Fabric as a service »

Bien loin de cette image de complexité qui lui colle encore aux connexions, le cloud hybride doit donc être avant tout appréhendé comme un modèle de consommation de services s’adaptant aux conditions de chacun. Dans toutes les technologies qu’elle développe, et en partenariat avec les trois plus grands fournisseurs de cloud public, Amazon, Google, Microsoft, la société travaille à cette idée d’une « Data Fabric as a service » où les entreprises paient uniquement ce dont elles ont besoin quand elles en ont besoin.
Que ce soit pour libérer encore plus le potentiel de leurs développeurs dans la conception et la mise en production de leurs services ou applications, pour améliorer leurs expériences utilisateurs ou clients, ou pour obtenir une orchestration simple et flexible dans la gestion de leurs processus de travail, les entreprises ont désormais le pouvoir de réinventer leur propre tissu de données et de les transcender. 

A travers ces grands axes technologiques que sont aujourd’hui les mises en place d’outils de gestion multi-cloud, de systèmes DevOps ou d’intelligence artificielle, les entreprises ont de quoi opter tout simplement pour une véritable Fabric à croissance.

Et si la clé de la transformation des entreprises passait par le cloud hybride ?
Et si la clé de la transformation des entreprises passait par le cloud hybride ?

Si l’on schématise, pour rester compétitives et générer de la valeur ajoutée, les entreprises ne peuvent plus se contenter de cumuler et traiter toujours plus de données dans des data centers fragmentés. Elles doivent désormais repenser et...