L’empathie au service de l’innovation

Tout est technologie. Pas seulement les smartphones, tablettes ou autres applications numériques mais aussi les moteurs à combustion, les ciseaux, la pierre taillée, etc. La raison d’être de la technologie est en réalité assez simple : nous aider à accomplir différentes choses, mieux et plus vite que par nous-mêmes.

Neutre en soi, la technologie ne peut fonctionner sans l’intervention d’un être humain. C’est nous qui décidons de l’utiliser à des fins personnelles ou dans l’intérêt collectif, pour nous aider ou nous freiner.

Parfois, nous nous rendons compte de nouvelles découvertes créées qu’une fois le fait accompli. Le cours de l’histoire est ainsi jalonné d’exemples d’individus qui ont mixés deux concepts existants pour voir ce qui se passait. Cette créativité est le fruit de l’alliance entre technologies et humains et la plupart des innovations sont nées d’une technologie existante, utilisée différemment. Par exemple, les radios portatives combinées aux téléphones fixes ont conduit aux téléphones portables. Uber associe GPS, smartphones et voitures. Ford n’a pas inventé la voiture, mais s’est basé sur un processus de production qui existait, pour en révolutionner la conception.

Dans chacun de ces exemples, les organisations impliquées ont été en mesure de conjuguer individus, processus et technologies pour transformer une idée en réalité, pour franchir le pas entre l’idée et sa mise en œuvre. Ainsi, il a fallu non seulement des technologies mobiles, mais aussi des interfaces utilisateurs et procédures de sécurité innovantes, et surtout de nouveaux comportements individuels pour inciter à l’adoption du télétravail... Qu’est-ce qui nous permet alors de nous emparer d’un existant et de le transformer ?

L’empathie est clé dans l’adoption de la technologie

Les technologies évoluent rapidement, et par conséquent les compétences nécessaires pour les maîtriser. Or il ne s’agit pas simplement d’apprendre à actionner de nouveaux boutons ! Toutes ces opérations minutieuses et basiques seront bientôt l'apanage de l'intelligence artificielle ; et les collaborateurs disposant uniquement de connaissances, certes approfondies, sur le fonctionnement et l’optimisation d’un produit unique, ne trouveront plus la même place dans le monde du travail de demain.

Désormais, ce qui compte, et ce qui fera la différence entre la progression ou la stagnation d’une entreprise, c’est la capacité des individus à appliquer des connaissances techniques à plus grande échelle. L’enjeu est désormais de comprendre comment relier les différents services et rôles d’une organisation.

De façon assez ironique, la compétence plus que jamais requise pour créer est un talent connu de tous : la capacité à faire preuve d’empathie avec des gens évoluant dans un contexte différent du sien. Souvent sous-estimée, l’empathie est en réalité une qualité essentielle dans le milieu professionnel. Empathie, psychologie ou philosophie sont autant d’exemples de compétences qui peuvent s’avérer fort utiles aux développeurs collaborant avec des équipes de production, ou encore à des informaticiens interagissant avec des équipes commerciales ou métiers. Typiquement, les caractéristiques classiques de descriptions de postes telles que « a un esprit d’équipe et sait travailler avec les autres » doivent s’appliquer non pas juste à l’ensemble d’une équipe ou d’un service, mais à l’organisation tout entière.

Là encore, les technologies peuvent nous accompagner sur cette voie. Déployé et utilisé correctement, le Cloud peut être la base d’un fonctionnement homogène et aider des métiers isolés à travailler main dans la main. Les équipes peuvent s’affranchir du temps dédié à « actionner des boutons », et ainsi se concentrer à développer et déployer efficacement les compétences humaines nécessaires pour répondre à leurs besoins. Nous en revenons aux trois piliers de l’innovation : les technologies sous-jacentes aident à adapter les processus et permettent aux individus de se concentrer sur l’essentiel.

Relier les organisations et combler les fossés grâce à une approche humaine

Savoir combler le fossé entre compétences et exécution est indispensable à la progression d’une entreprise. La technologie favorise l’innovation, mais ce sont les individus qui constituent toute la valeur ajoutée.

Les compétences essentielles de demain ne seront pas uniquement la maîtrise d’une nouvelle plateforme ou d’un outil, mais aussi de savoir créer des liens, communiquer, et surtout comprendre les attentes des personnes, collaborateurs comme clients, pour mieux y répondre aujourd’hui et dans le futur.  

L’empathie au service de l’innovation
L’empathie au service de l’innovation

Neutre en soi, la technologie ne peut fonctionner sans l’intervention d’un être humain. C’est nous qui décidons de l’utiliser à des fins personnelles ou dans l’intérêt collectif, pour nous aider ou nous freiner. Parfois, nous nous rendons...