Apps mobiles : Facebook compte tirer parti des défauts de l'App Store

La stratégie Apps mobiles de Facebook Le réseau social entend répondre au manque de visibilité des apps mobiles dans l'App Store d'Apple et le Google Play. Décryptage.

La semaine dernière, Facebook a annoncé l'arrivée d'une série de nouveaux outils pour les développeurs d'applications lors de sa conférence F8. Quand on analyse rétrospectivement l'ensemble de ces annonces, on comprend alors que son PDG, Mark Zuckerberg, a eu un coup de génie stratégique. Toutes ces annonces ont quelque chose en commun : Facebook entend tirer avantage de la relative discrétion avec laquelle l'App Store d'Apple et Google Play pour Android classent et mentionnent les apps, ce qui est censé être une mine d'or pour les développeurs.

Mark Zuckerberg va littéralement commencer à monétiser ce manque de transparence.

Beaucoup sont enthousiastes sur la capacité "des liens profonds" entre applications que Facebook fournit désormais via App Links. Il s'agit d'un changement technologique qui permet à quelqu'un qui utilise une app de cliquer sur un lien permettant d'accéder directement à une autre application, sans avoir à subir une de ces interruptions gênantes du web mobile.

Mais, ce n'est pas le plus intéressant.

Personnellement, je pensais que le nouvel identifiant anonyme de Facebook, qui permettra d'accéder aux applications sans révéler son identité, était la nouveauté la plus géniale. Les utilisateurs pourront ainsi recourir à de nouvelles apps sans que leur compte Facebook ne diffuse leur goût pour les contenus mobiles. Les développeurs apprécieront le fait qu'il facilite les téléchargements, notamment pour les internautes qui craignent cette pratique à visage découvert...

Mais, ce n'est pas non plus l'essentiel.

Il y a eu également une offre de services, valorisés 30 000 dollars, proposée gratuitement aux nouveaux développeurs Facebook, ainsi que le Facebook Audience Network (service de réseau publicitaire pour mobile) qui propose des publicités sur des applications hors Facebook mais qui utilise les données de ciblage du réseau social. Ils représentent un intérêt réel pour les développeurs et les codeurs.

Pourquoi Mark Zuckerberg a fait allusion à Apple et Google

Les autres peuvent faire demi-tour... sauf en ce qui concerne la partie où Mark Zuckerberg a fait référence à Apple et Google. "La majorité de nos affaires se font sur le mobile", a-t-il affirmé aux 2 000 développeurs présents à la conférence F8. "Mais, développer pour mobile peut être pénible car le domaine est complexe. Apple, Google et Amazon ont tous leurs propres plateformes... Personne ne vous aide réellement à développer des apps qui fonctionnent sur toutes ces plateformes".

Ainsi, voici la clé de la nouvelle stratégie de Facebook sur mobile. Personne ne sait exactement comment ou pourquoi la visibilité des applications augmente ou baisse dans l'App Store et Google Play. Facebook compte solutionner ce problème.

Les classements de l'App Store semblent reposer sur un mélange entre le total des téléchargements d'une app, ses notations et sa monétisation. Mais, personne ne sait avec certitude quel est cet algorithme. De plus, les applications sont aussi "présentées" via des choix éditoriaux réalisés par de mystérieux employés qui gèrent l'App store. On ne sait pas comment cela fonctionne et qui s'en occupe réellement (d'après ce que nous savons, il se peut que la méthode utilisée par Apple soit purement empirique).

"Personne ne sait comment ça marche"

Après la conférence F8, Marcos Sanchez, PDG d'App Annie (entreprise spécialisée dans l'analytics mobile), m'a fait cette révélation : "Personne ne sait comment ça marche". Pourtant, ces choix secrets peuvent faire ou défaire une application. Et tout ce que Facebook a annoncé lors de sa conférence a pour but de profiter de la situation.

Tous les nouveaux fabricants d'applications font face à un cercle vicieux : les utilisateurs téléchargent des apps si elles arrivent en tête de l'App Store. Mais, vous ne pouvez pas arriver en tête de l'App Store avant d'enregistrer un grand nombre de téléchargements. Vous pouvez avoir la meilleure application au monde... sans que personne ne le sache, à moins d'avoir de la chance.

Le système devient même presque inefficace dans la mesure où l'entreprise qui l'emporte est celle qui affiche le plus gros budget marketing. C'est le cas par exemple de la société King qui a même réalisé de la publicité à la télévision ces derniers mois pour Candy Crush Saga.

La plateforme de développement de Facebook, Parse, facilite la création des nouvelles apps mobiles. Facebook facilite aussi la publicité des nouvelles apps, à la fois sur son réseau social et sur les médias mobiles tiers. Il la rend également relativement bon marché. La société Facebook, avec ses 1,2 milliard de membres, est une plateforme géante intéressante pour exposer des applications auprès de nouveaux utilisateurs. Seulement sur 2013, elle a généré plus de 145 millions en téléchargements d'applications, et a engrangé presque 900 millions de dollars cette année à partir de ses paiements intégrés.

Le meilleur : Parse est entièrement agnostique en termes de systèmes d'exploitation et d'outils mobiles iOS ou Android. Apple et Google vont tous deux pouvoir profiter de téléchargements supplémentaires que Facebook génère pour eux. De ce fait, il est improbable que Google et Apple sabotent ce nouveau rôle de Facebook sur le terrain des apps mobiles. La situation est plutôt confortable pour les trois entreprises.

Reste que cette stratégie de "découverte d'applications" de Facebook n'existe que parce qu'Apple et Google ont compliqué la tâche aux développeurs désirant donner de la visibilité à leurs apps.


Article de Jim Ewards. Traduction par Sylvie Ségui, JDN

 

Voir l'article original : Facebook's New Push Into Apps Is Genius Because It Exploits The Secrecy Of Apple And Google  

Google / Facebook