Si IBM achetait Sun : Quelle conséquence pour le monde Java ?

Un rachat de Sun par IBM aurait un impact sur la gouvernance de Java, sur le soutien à certains projets Open Source, et sur le maintien de certaines offres comme NetBeans, GlassFish ou MySQL.

IBM serait en discussion pour acheter Sun. Java ne risque pas de disparaitre suite à ce futur rachat, mais la communauté Java sera touchée. Il est clair qu'il va y avoir un impact sur la gouvernance de Java, sur le soutien à certains projets Open Source, sur le maintien de certaines offres de Sun (NetBeans, GlassFish, MySQL).

Avant la crise, les observateurs s'attendaient au rachat (ou la mort) de Sun. Les candidats potentiels ne sont pas nombreux : HP, IBM, Dell ou Cisco (qui vient de faire son entrée dans le monde des serveurs). Sous l'effet de la crise, le secteur des serveurs doit en effet accélérer sa consolidation. Il va donc falloir éliminer Sun.

Ainsi, selon le Wall Street Journal, IBM serait en discussion pour acheter Sun (pour un montant de 7 milliards de dollars). Le problème est qu'en mettant la main sur Sun, IBM, devra faire beaucoup de choix pour absorber et valoriser les actifs du groupe : les gammes de serveurs, le désengagent de Solaris et l'abandon d'OpenSolaris, l'orientation de son offre vers la virtualisation, les relations avec Microsoft...
 
Pourquoi IBM mettrait autant d'argent pour  acheter Sun ? La réponse est simple : Big Blue, ne pouvait prendre le risque de laisser Sun tomber entre les mains d'un rival tel que HP ou Cisco. Cela permettra aussi à IBM de préserver, pour quelques années, sa position de géant des datacenters et du cloud computing.

Et Java dans cette nouvelle configuration
Bien qu'elle ne soit pas la cible principale de ce futur rachat, la principale communauté touchée sera celle de Java. Pour commencer, il est indéniable qu'IBM continuera à supporter java : Java est au cœur de l'offre logiciel d'IBM et constitue une part importante de son expertise en services (SOA/BPM). Java ne risque pas de disparaitre mais risque de devenir un peu plus "bleu".
 
Le caractère open source de java va se renforcer. Faisons une analogie simple :
- Question : quelle est le souhait d'un fournisseur de sucre (Serveurs et middlewares) ?
- Réponse : c'est de voir le café et thé (java EE, est la principale solution Server Side) gratuits, pour vendre plus de sucre (serveurs et middlewares).

Les décisions faciles à prendre

-  Eclipse va certainement remplacer NetBeans. Certains modules de NetBeans seront convertis en plugins Eclipse (Le profiler de Netbeans sera intégré à Eclipse TPTP et le module Web (ex Java Studio Creator) sera intégré à WTP pour améliorer l'intégration de JSF par exemple),

- SWT prendrait plus sa place dans les distributions Java, préfigurant l'Eclipse de Swing et de AWT,

-
Java Caps sera intégré au projet Alphaworks,

- JBI serait marginalisé au profit de SCA,

- OSGI (JSR 291) deviendra une pièce maitresse dans la distribution de Java EE et verra son acceptation dans le JCR plus fluide,

- MySQL sera remplacé progressivement par javaDB (apache derby),

- Glassfish sera démantelé pour être intégré à Geronimo et  WebSphere,

- OpenOffice (et  StarOffice ) sera intégré à Lotus pour contrer l'offre MOSS de MS (SharePoint 2007).

Mais, d'un autre coté  :

- La réduction du monde Java, à seulement trois acteurs majeurs (Oracle/BEA, IBM/Sun, et la communauté Open Source) risque de ralentir le rythme d'innovation, nécessaire pour faire face à l'avènement des plates-formes PaaS (tel que Azure de Microsoft).

- Mettre la main sur le processus JCR, permettra à IBM de devenir prépondérant dans la gouvernance de Java. Le risque c'est que WebSphere devienne l'implémentation de référence de Java EE, les utilisateurs de WebSphere savent que ce SA est trop complexe par nature !

- Mais, il faut reconnaitre que la communauté pourra gagner plus avec un "gouverneur" qui a de l'expérience dans la mise en œuvre de solutions avec Java, et qui gagnait de l'argent avec des solutions Java/Java EE, ce qui était moins le cas de Sun.

- L'idéal serait de transformer le JCR en une Fondation Java indépendante d'IBM, selon le modèle Eclipse Fondation.

- La certification Java risque d'être moins claire et moins multiplate-forme

Certains projets Open Source risquent de perdre le soutien de Sun, à commencer par Liferay par exemple et l'offre Master Data Mangement de Sun (incluse dans JavaCaps) sera tuée pour ne pas favoriser l'avènement d'une offre MDM Open Source.
 
Finalement...

Une question persiste : quelle sera la position d'IBM face à JavaFX, va-t-elle le soutenir pour contrer Microsoft ou bien va-t-elle s'allier à Adobe pour promouvoir Flex.
Pour le moment, les choses ne sont pas encore officielles et IBM devrait choisir entre Sun et Satyam (mais ceci est un autre sujet). Se renforcer dans les serveurs ou se renfoncer dans les services ? Pourquoi pas les deux.

Autour du même sujet