Scalabilité, cloud personnel, sex toy connecté : retour sur le Breizhcamp 2015

Que nous a réservée cette édition 2015 de l'événement breton ? En vrac : du Java, des langages alternatifs, de la sécurité, des API’s, du REST, et du Docker naturellement.

Cette année encore, SQLI était présent sur l’événement réunissant les développeurs de l’Ouest : le BreizhCamp ! Pour sa 5e édition, ce sont plus de 250 personnes qui se sont réunies pendant 3 jours à l’ISTIC de Rennes (10, 11, et 12 juin 2015). Cet événement, organisé par le BreizhJUG, fut un véritable succès dès son annonce, puisque tous les billets se sont vendus en moins d’une semaine !

Chacun des participants a pu trouver son bonheur pendant ces 3 jours grâce aux différents formats de conférences et à la diversité des sujets abordés ; leur permettant d’échanger avec leurs pairs, mais aussi d’approfondir leurs connaissances. C’est pourquoi nous voulions partager notre retour d’expérience sur le BreizhCamp : désormais incontournable !


Vous avez dit incontournable ?

BreizhCamp a longtemps eu la réputation, flatteuse ou non, de mini-Devoxx. L’édition 2015 se démarque nettement de son homologue parisien avec seulement 9 conférences identiques. Alors certes, le BreizhCamp est plus restreint, mais ce n’est pas forcément au désavantage de la conférence bretonne dans la mesure où le niveau des speakers est sensiblement le même que pour le Devoxx. Mais trêve de comparaison… que nous a réservée cette édition 2015 ? En vrac : du Java, des langages alternatifs, de la sécurité, des API’s, du REST à gogo, du docker naturellement, mais aussi un super canard, un ballon géant, un solo de merguez (oui vous avez bien lu), un sex-toy connecté et enfin beaucoup de bonne humeur (un visionnage des keynotes est recommandé pour comprendre en quoi tout cela est lié).


3 keynotes, 1 parcours du combattant

Comme toute conférence qui se respecte, celle-ci commence par une keynote. Sur les deux jours nous avons donc pu assister à 3 keynotes :
  • Un intervenant d’OVH nous a expliqué la scalabilité en prenant comme exemple l’application « Le Mont Saint Michel », métaphore très réussie, même si sur la fin de la démonstration, le speaker reconnaissait lui-même la limite de l’exercice. En tout cas, le but de la keynote est atteint, car la démonstration sur la scalabilité est limpide et pertinente.
  • Tristan Nitot, quant à lui, est venu nous parler de surveillance et de l’importance de nos données personnelles. A travers un rapide sondage, il nous a montré combien nous étions tous vulnérables à ce niveau. En résumé si vous utilisez Facebook et Google Search, vos données personnelles ne vous appartiennent plus vraiment. Pour lutter contre cela, le fondateur de Mozilla Europe nous propose « Cozy Cloud » : un cloud personnel que l’on peut héberger chez soi. Si la solution proposée est séduisante, je doute fortement du succès de ce type de solution dans la mesure où cela reste un secteur encore trop pointu et je vois mal « Mme Michu » installer son propre cloud chez elle. Mais l’initiative est séduisante et mérite d’être suivie.
  • Christel Le Coq est venue nous présenter une keynote des plus originales en nous expliquant le concept du premier sex-toy connecté : le « Little Bird ». Pour ma part j’ai trouvé fascinant le concept de lecture sensorielle ! Au-delà du sujet, ce qui a été également pertinent dans cette présentation, c’est de prendre conscience des embûches qu’il faut surmonter quand on veut porter un projet. Il est en effet très intéressant de voir comment une simple idée est devenue un projet militant en raison des épreuves endurées par l’équipe. Il convient ainsi de saluer la persévérance de Christel Le Coq pour lancer son produit.
3 excellentes keynotes en somme, même si ma préférence va à la dernière citée en raison du contenu (je ne pensais pas entendre parler littérature au BreizhCamp) et de la qualité de la présentation. Ces trois keynotes répondaient enfin parfaitement à la thématique principale : les challenges.
Tendance or not tendance ?

Puis vient le temps des conférences : la diversité des sujets abordés y est un réel atout car les présentations traitent aussi bien du front (du Js, du Js encore du JS ;-)), que du backend, de la mobilité ou bien encore des bases de données, sans oublier plein de petits sujets annexes comme : « forger son clavier » ou bien encore « comment fucker son code » (et faire tourner ses collègues en bourrique). Comme toujours le choix est toujours cornélien car 4 conférences par session, s’offrent à vous.

Depuis deux ans, il devient difficile sur ce genre d’événement de distinguer une vraie tendance. Les nouveautés arrivent et deviennent rapidement des standards (l’exemple le plus frappant est Docker dans ce domaine).  Des sujets hype, tels que la mobilité, sont devenus des incontournables et il est clair  qu’à l’horizon aucune nouvelle tendance forte ne se profile. En revanche, cela donne une sérieuse confirmation sur l’orientation actuelle (API REST, toujours plus de JS, du NoSQL…). Des géants comme Angular ont un futur plein de promesses et d’inconnu.

Si nous devions vraiment dégager une tendance plus pérenne, ce serait la perméabilité de plus en plus prononcée entre l’environnement réel et numérique à travers les objets connectés. Avec environ une dizaine de conférences/quickies sur le sujet contre trois l’an passé, l’IoT a le vent en poupe. Pour preuve, la start-up sigfox va lancer un satellite pour renforcer le réseau des objets connectés et Samsung a pris des parts dans cette start-up. Donc il est sûr que l’Internet des objets prépare sa grande mutation pour passer de l’étape bricolage à l’étape industrialisation.

Bref, on sort de ce genre d’évènement avec une grande curiosité, une envie renforcée de coder et aussi la frustration de n’avoir pas tout vu. Une séance de rattrapage, pour ceux qui n’ont pas pu tout voir ou ceux qui n’ont pas réussi à avoir de ticket, est disponible sur Parleys. Il est aussi possible de revivre les événements live du BreizhCamp sur Twitter à travers le hashtag #bzhcmp.

A titre personnel voici mes conférences coup de cœur :
  • On a connecté le Studio ! présentée par Sameh Ben Fredj, Qian Jin,
  • Créez une véritable application kiosque avec Android Lollipop présentée par Florent Dupont,
  • Cryptography : THE swiss army knife of secured APIs présentée par Sébastien Lambour,
  • Angular 2, Le Réveil de la Force présentée par Grégory Houllier et Nicolas Pennec,
  • Everything you wanted to know about writing async, high-concurrency HTTP applications in Java, but were afraid to ask présentée par Fred Simon,
  • Modulariser son application AngularJS avec Browserify présentée par Antoine Richard.

Il reste à saluer l’organisation sans faille de l’équipe du BreizhJUG qui pendant trois jours s’est démenée pour nous proposer un événement de grande qualité avec une mention toute particulière pour la qualité du buffet. Une chose est sûre : vivement l’édition 2016 !

Article co-écrit avec Vincent Piard

Mobilité / Mozilla