L’automatisation du test : oui mais pas sans méthode !

Tests de régression ou tests à grande combinatoire, leur réalisation est aussi répétitive que chronophage. La solution ? L’automatisation.


Pourquoi automatiser ?

Certains tests sont bien souvent fastidieux, en inadéquation avec les impératifs de développement actuels. Tests de régression ou tests à grande combinatoire, leur réalisation est aussi répétitive que chronophage. La solution ? L’automatisation. L’outil automatisé est capable de gérer, concevoir, exécuter et vérifier une large palette de tests, dès lors que ces derniers sont systématiques et répétitifs.

Pour autant, l’avènement de l’automatisation ne sonne pas le glas du test humain. Les deux vont de pairs et contribuent à la mise en place d’une structure de testing plus riche et efficace. Après les tests automatisés, Le test humain demeure une étape incontournable, la seule permettant de confronter le produit  à une utilisation complexe en conditions réelles.

Automatiser comporte de nombreux avantages. La réutilisation permet de réduire les délais de livraison des tests en réemployant des schémas existants. Automatisation devient ainsi synonyme de gain de temps et donc d’argent. Automatiser, c’est donc pour les entreprises la garantie d’une productivité accrue. Mais trop souvent, les dirigeants investissent tête baissée dans une armada d’outillages sophistiqués, sans se soucier de la méthodologie qui les accompagne. Les gains de productivité semblent importants, le retour surinvestissement paraît prometteur et pourtant le succès n’est pas au rendez-vous. L’échec est cependant simple à éviter.

Automatisation : maîtriser l’outil avant de s’en servir.

Bien automatiser, c’est avant tout automatiser dans de bonnes conditions et au meilleur moment. Trop tôt,  l’entreprise ne sera pas prête et la mise en place aura toutes les chances d’être fastidieuse. Trop tard, l’entreprise aura déjà perdu ses gains potentiels.

Mais l’automatisation, ce n’est pas qu’un investissement, ce sont aussi des pratiques et des méthodologies à mettre en place. Comment tirer profit d’un outil lorsque l’on ne sait pas s’en servir ? Appropriation lente par les équipes, perte de productivité, TCO trop importants, autant d’écueils qu’une bonne implémentation aurait évités.

La mise en place d’un nouvel outil doit absolument suivre et non précéder la méthodologie qui l’accompagne. Bien automatiser, c’est donc avant tout apprendre à automatiser, préparer le terrain et les employés à de nouvelles pratiques visant à standardiser et structurer les processus de test. Ce sont ces recettes spécifiques qui, insérées dans la méthodologie projet, permettront à l’entreprise d’acquérir une meilleure maîtrise de ses outils.

Si la standardisation préalable du test est essentielle, elle n’en est pas pour autant difficile à mettre en place. L’entreprise peut suivre et adapter des méthodes standard du type Tmap visant à structurer les process. Munie de scénarios précis de test, de guides de formation complets à destination des employés et de sous-processus détaillés, l’entreprise pourra se préparer à accueillir son nouvel outil. C’est cette nouvelle méthodologie, testée et adaptée, qui permet de tirer le meilleur profit de l’automatisation. 

Autour du même sujet