Déclin progressif des taux d'ouvreurs

Sur-sollicitation des abonnés, manque de pertinence des objets des messages, etc. Les raisons sont nombreuses pour expliquer la baisse continue des taux d'ouverture des e-mails au cours de l'année 2007. Marchés publics (31,51 %), banque-assurance (29,04 %) et grande distribution (28,26 %) parviennent à maintenir les taux d'ouverture les plus élevés au quatrième trimestre. A l'opposé, moins d'un abonné sur cinq ouvre les messages issus des acteurs du tourisme (1,25 %), des ventes privées (19,96 %) et de la VPC (18,56 %).