M-Commerce, il faut saisir l’opportunité maintenant

Le succès du e-commerce n’est plus à démontrer. Les consommateurs ont de plus en plus confiance dans Internet et dans l’achat de biens de consommation via ce canal.

Aujourd'hui, des millions de personnes, à la fois sur des marchés développés ou en voie de développement, se connectent pour la première fois via leur smartphone. Il est donc étonnant que le passage du e-commerce sur le fixe à l'e-commerce via le smartphone n'est pas été plus rapide.

Cette transition est sans aucun doute un véritable challenge pour les marques et les revendeurs et lorsque l'on fait un état des lieux, nous remarquons une chose : tout est en place et si vous voulez faire partie de cette vague de fond, vous devez êtes prêts. Maintenant.

Les services financiers sont prêts

Les banques ont été naturellement les premiers instigateurs de services financiers mobiles, offrant une extension conviviale de leurs services bancaires sur Internet (avec des fonctionnalités plus réduites). Ainsi, les clients peuvent d'ores et déjà utiliser leurs téléphones pour vérifier le solde de leurs comptes bancaires, gérer leurs cartes de crédit ou les échéances de prêts, payer des factures, transférer de l'argent de compte à compte, etc...Ce niveau de service est disponible depuis un certain nombre d'années déjà. Ces banques ont reconnu l'utilité du web mobile mais ont eu du mal à admettre que l'accès à Internet via le téléphone était l'un des principaux moyens d'accès à Internet pour beaucoup d'utilisateurs.

Il a fallu des banques et des prestataires de services dans les pays en voie de développement, comme M-Pesa (M pour mobile et Pesa pour argent en Swahili) au Kenya, pour amorcer des services financiers accessibles sans enregistrement préalable sur PC.


Vente sur mobile

Le contenu mobile s'est bien vendu pendant des années. Les sonneries et les jeux sur mobile étaient des produits de base du contenu mobile, et ont assuré la rentabilité des opérateurs. Le marché est en plein essor grâce aux téléchargements de magazine, de journaux, de livres, de musiques et des films. Selon Bango Inc, l'écart entre ce que les consommateurs dépensent en musique et livres via le portable et ce qu'ils consomment de manière « physiques », se resserre de plus en plus vite.


C'est le moment ...

Tandis qu'il y a une bonne marge de progression pour le M-Commerce et que les bases de la réussite sont en place, il y a malgré tout encore certains freins.

Dans beaucoup de secteurs, les services basiques sont en place mais le M-Commerce souffre d'une faible politique marketing qui entraine une croissance significativement lente des ventes de biens via les smartphones.

 

Les utilisateurs ne sont pas toujours conscients de l'étendue des services mis à leur disposition ; ils ne sont pas nécessairement des consommateurs adeptes de nouvelles technologies, et ces nouveaux outils peuvent créer des appréhensions.

Il serait intéressant d'éduquer les consommateurs afin qu'il « saute le pas » pour acheter via leur mobile.

 

Pourtant avec une offre réfléchie et pensée pour ces utilisateurs, ces défis peuvent être surmontés. Prenons par exemple, le Kenya qui a le système M-Commerce le plus réussi et omniprésent dans le monde.

M-Pesa est un système de services bancaires qui permet à ses utilisateurs de payer des achats ou des factures, de transférer de l'argent ou simplement de commander un taxi.

Safaricom, la société mère de M-Pesa, propose aussi des comptes bancaires rémunérés mobiles, des microcrédits et des polices de micro-assurance.

 

D'après notre enquête Mobile Lifestyle Survey, malgré tous ces services mis en place, 31.97% d'utilisateurs de mobiles kenyans souhaitent voir le transfert d'argent comme un service offert.

Cela peut être une indication sur la taille de la demande pour ce genre de services, ou tout simplement, en créant ce service, M-Pesa a crée un besoin chez les utilisateurs. Quoi qu'il en soit, ces chiffres et comportements prouvent l'énorme potentiel du marché du M-Commerce.

 

Le point de départ pourrait être l'industrie du voyage

L'industrie du voyage a vu une hausse de la demande du contenu.

Une enquête sur le "Voyage et le numérique" éditée par la société Frommer's Unlimited, montre que en 2011, 52% des personnes interrogées souhaitent avoir accès aux informations concernant les voyages sur leurs téléphones portables contre 27% en 2010.


Le voyage est en tête pour les demandes de contenus sur mobile, les utilisateurs souhaitant avoir accès aux renseignements et aux étapes de leur voyage pendant tout le trajet et jusqu'à leur arrivée à destination.

Ce souhait conduit finalement aux services de M-Commerce, comme la réservation de vols ou de chambres d'hôtel.


Avec la prolifération des e-mails, de l'internet sur smartphones, des sms, de la musique mobile et des réseaux sociaux, le mobile est en effet le prochain canal de diffusion de contenu pour les voyagistes. Certains ont déjà exploité ce filon comme hotel.com, booking.com etc...

 

Où en sommes-nous ?

Le mobile est un média efficace pour une marque et la demande de contenu sur mobile est en pleine croissance. L'enquête « Mobile Lifestyle Survey » révèle que 46% des personnes interrogées déclarent qu'ils utiliseraient volontiers leurs téléphones pour des services financiers (transferts d'argent, paiements de factures, et demandes de prêt), si ces services leur étaient accessibles. Et ce chiffre ne cesse d'augmenter.

Il est temps pour les entreprises d'évoluer, et de saisir cette gigantesque opportunité.

Compte bancaire