La TV connectée va-t-elle enfin se développer massivement ?

Grâce aux « box » des fournisseurs d’accès à Internet (FAI) présentes dans 58% des foyers français, la TV connectée est déjà une réalité sur le plan technique. Mais si un Français consomme en moyenne 3 h 45 de télévision par jour, la TV connectée reste sous-utilisée.

L’interaction entre la télévision, en tant que matériel et en tant qu’éditeur de contenus, et le téléspectateur lui-même semble être le dernier écueil au développement massif de la TV connectée.
L’enjeu est donc de comprendre les besoins et les usages du téléspectateur, de quelle façon la TV connectée va pouvoir y répondre et trouver ainsi sa place dans un paysage multimédia dense.

Les cinq besoins et attentes du téléspectateur
1.
Le « téléspectateur a besoin de toujours plus de débit :
* Pour avoir une meilleure qualité d’image, la Haute Définition étant désormais la norme.
* Pour répondre à la tendance du multi-usages. Plus de 7 écrans en moyenne cohabiteront bientôt dans chaque foyer, chaque membre de la famille vaquant à ses occupations : travailler sur internet, regarder un programme sur la tablette, jouer à un jeu vidéo sur la TV et skyper avec des amis depuis un mini PC. L’avènement de la fibre optique devrait répondre aux exigences du multi-usages, sous réserve que les fournisseurs d’accès mettent effectivement en œuvre leurs plans de déploiement.

2. Le téléspectateur attend des services beaucoup plus réactifs :
Les box réagissent encore mal à un zapping effréné : le temps d’affichage d’une chaîne dépasse souvent les 3 secondes. Globalement, l’expérience de zapping du téléspectateur est moins bonne aujourd’hui qu’hier...
Les temps de réponse des serveurs vidéo ou des nouvelles applications connectées sont beaucoup trop longs. Attendre 30 secondes pour rafraichir un écran est difficilement acceptable aujourd’hui !

3. Le téléspectateur a besoin de services réellement innovants :
Il recherche des applications et des services centrés sur les contenus vidéo et photo, centres d’intérêts majeur des téléspectateurs.
Il a besoin d’applications et de services à usage familial, permettant une utilisation par plusieurs personnes en simultané.
Il a besoin d’applications développées spécifiquement pour le média TV. L’avenir est clairement aux applications qui s’adapteront aux différents écrans existants et qui proposeront un contenu adapté : la vidéo pour la TV, l’écrit court pour le smartphone, plus long pour un PC, etc. 

4. Le téléspectateur a besoin d’avoir confiance :
* Dans le mode de paiement : entrer son numéro de carte de paiement sur son écran de TV est encore perçu comme une expérience étrange…
* Dans la protection du jeune public. A l’image d’Internet, la TV connectée doit encore faire ses preuves dans ce domaine.
* Dans la protection des données et de la vie privée. SFR l’a bien compris et s’appuie sur cet argument dans sa dernière publicité concernant l’offre business de Cloud : l’entreprise précise explicitement que ses serveurs de stockage sont en France.
* Dans un service client de qualité, facilement identifiable et surtout joignable, le tout à moindre frais.
Enfin, le téléspectateur veut être sûr d’avoir le meilleur service au meilleur prix et dispose de tous les moyens pour le vérifier.

5. Le téléspectateur veut avant tout de la sim-pli-ci-té !
Il recherche des services simples à utiliser et qui ne demandent aucun apprentissage : services intuitifs, simplicité des interactions... C’est en partie ce qui explique le succès des produits Apple.
L’enjeu sera également de proposer une interface semblable et cohérente entre les différents écrans : télévision, mobile, tablette, etc. C’est la prédominance de cette interface qui permettra au distributeur de contenus et services de s’imposer face à la concurrence et de se poser en acteur incontournable.
La plupart des téléspectateurs sont également favorables à l’agrégation intelligente, basée sur les habitudes de consommation ou la recommandation d’un réseau social. Tout dépend dès lors de la qualité et de la sélection de ces recommandations.

Quelles sont les pistes à suivre pour développer massivement la TV connectée ?
Pour développer la TV connectée, des partenariats multipartites devront être créés afin de tirer parti des avantages compétitifs de chacun :
* Les producteurs et les fournisseurs de contenus ou services sont un maillon essentiel pour développer la chaîne de valeur et déterminer la tarification finale ;
* Les agrégateurs (chaines TV, bouquets de chaînes, boutiques VoD, boutiques de jeux, YouTube…) devront prendre en charge la relation client avant-vente, telle que la promotion des contenus et la proposition d’une interface de TV connectée ;
* Les distributeurs organiseront la diffusion de masse des contenus, factureront les services, assureront le support technique après-vente…
En France, la tendance aujourd’hui est à une intégration de plusieurs rôles à la fois par les FAI.
Enfin, ces acteurs devront concentrer leurs efforts sur l’obtention de contenus premium à partir desquels une réelle interaction est possible, le développement de services en relation avec ces contenus qui tiennent compte des usages du téléspectateur et la conception d’interfaces simples, intuitives, ergonomiques et fiables.

Autour du même sujet